Page 3 sur 3

Re: Dear Ellie and Oliver (BC)

Publié : 14 décembre 2019, 18:40
par Eloj
"Perdus"
Vous n'êtes plus dans mes bras.
"Perdus"
Dans un endroit lointain.
"Perdus"
Peut être une forêt ou une océan loin d'ici.
"Perdus"
Sans aucun raison.
"Perdus"
C'est tous ce qui reste.
"Perdue"
C'est ce que je suis sans vous.


Hier nous avons appris que vous êtes partis sans raison. Je n'ai pas de béance du col...

Sans raison, sans un pourquoi. Au moins quand je pensais que c'était une béance il y avait quelque chose. Maintenant il n'y a rien. Juste des questionnements, juste ma veille amie la coupabilité qui me prends par la gorge et qui me secoue. Elle crie, "TU LES A TUÉ". Je n'arrive pas à la faire taire. La logique se cache encore plus loin, elle... elle a peur. Elle non plus ne peut pas expliquer une telle chose.

Aujourd'hui on pars en voyage, votre papa pense que ça va faire du bien. Mais moi... Tous ce que je veux c'est rester près de vous. De tous ce qu'il reste de vous.

En même temps je me dis vous êtes toujours avec moi. Je vous porte dans mon cœur...et ça pour toujours mes amours. Je vous aime.

Je suis désolée....

Re: Dear Ellie and Oliver (BC)

Publié : 25 décembre 2019, 00:29
par Eloj
Demain c'est Noël, mes enfants.

On aurait du être à 32 semaines de grossesse. Ça fait 10 semaines depuis votre départ, hier et il y a du longtemps.

Je ne suis plus la personne que j'étais avant. Une partie de moi s'est envolée avec vous. Il y a des nouveax rituelles qui s'installent. Les bougies que j'allume pour vous tous les matins, je vous dis toujours bonjour, je dis tous les jours vos noms. Comme s'il fallait les dire pour toute les fois où j'aurais du les dire pendant votre vie. Puis il y a les rdv hebdomadaires chez la psy. Ça me fait du " bien ". C'est un lieu où je peut parler de vous, pleurer, sans qu'on judge, comme ici où quand je parle sur Facebook avec d'autres mamanfes, je me sens tellement judgee ailleurs.

L'autre jour j'étais au magasin pour acheter des cadeaux de Noël pour des enfants des amis. Des que je suis arrivé dans l'aller, je me suis rendue compte...je serais jamais là pour vous. Personne ne serait en train de vous acheter des cadeau comme j'achetais des cadeaux pour ses enfants. Je n'arrivais plus à respirer. La peine m'as frappé comme un tsunami.

Aujourd'hui j'ai été vous acheter des roses. J'ai réussi à ne pas pleurer jusqu'à dans la voiture. C'était pas les premiers cadeaux de Noël que je voulais vous acheter. Nous allons voir si la cimitiere est ouverte demain matin. Si oui, on viendra avec papa. Notre premier Noël sans vous...

Votre absence est tellement prenant. Je le sens toute autour de moi ce vide...comme si je suis tombée d'un precepice qui continue sans fin. Vide, comme mon ventre, comme votre chambre, comme cette maison qui ne fêtera jamais Noël avec vous. Elle ne va jamais entendre vos cris de joie en ouvrant vos cadeaux, vos baggares fraternelles sur qui peut jouer au nouveau jeu en premier...

Tout ces moments sont perdus pour l'éternité.

J'en suis toujours désolée. Je me sens encore tellement coupable de vous avoir échoué...

Je vous aime mes amours, mes précieux enfants.