Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Aurély
Messages : 230
Inscription : 02 avril 2020, 17:10

Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Aurély »

Bonjour à tous

Voici mon histoire

J’ai 31 ans et j’attends / j’attendais notre premier enfant. Grossesse simple jusque là d’un point de vue physique mais plus compliquée pour moi d’un point de vue psychologique (je suis tombée enceinte 1 mois après une hospitalisation en psychiatrie pour dépression).
Le changement de mon corps est difficile à accepter car je ne m’aime pas mais grâce à la bienveillance et l’amour de mon conjoint, je me fais à cette grossesse petit à petit.

Je continue de faire du sport, je n’ai quasiment pas eu de nausées, je continue mon suivi psychologique et j’accepte petit à petit ce corps qui s’arrondit, je m’inscris dans une maternité basique, mon test DPNi montre un risque inférieur à 1/10000 pour la trisomie 21 donc je me détend un peu et l’annonce à mes proches très pudiquement malgré tout.

La première écho est nickelle c’est à la seconde que les choses se sont gâtées.
Mon conjoint est alors en déplacement pour son travail à Bordeaux (nous sommes lyonnais à la base) et je le suis lorsque tombe le confinement.
Je décide donc de passer mon écho sur place plutôt que de rentrer sur Lyon et le 27 mars la sage femme échographiste m’annonce que j’attends une petite fille mais que son cœur est à droite et que les cavités cardiaques ont un aspect inhabituel et qu’elles semblent communiquer.
Elle me dirige donc vers un cardio pédiatre qui après un examen précis nous donne un compte rendu très péjoratif.
La malformation est grave, complexe,associé à des troubles vasculaires (rien n’est à sa place dans le petit cœur de la fille) et une prise en charge opératoire n’est pas forcément envisageable.

Notre monde s’écroule
Dans ma tête tout s’accélère
Je pleure mais je veux déjà que tout s’arrête le plus rapidement possible
Je ne veux pas d’un enfant qui souffre et d’une petite fille qui même si elle grandissait n’aura pas la chance de pouvoir être maman à son tour...
Je connais mes fragilités et je n’aurais jamais pu gérer un enfant gravement malade non plus.

Les rdv s’enchaînent
Échographie de référence puis amniocentèse hier
Parallèlement j’évoque mon souhait d’une IMG et mes peurs de devoir attendre 3 semaines les résultats de la génétique.
Là médecin échographe me dit qu’elle a discuté avec le cardiologue et que la pathologie cardiaque suffit d’elle même à justifier une IMG de part sa gravité
Je suis soulagée
Mon dossier est donc présenté en commission mercredi prochain mais j’ai déjà des rdv de prévu avec gynécologue et anesthésiste mercredi également.

J’aimerais des témoignages sur comment se passe les choses concrètement (je me raccroche au concret c’est ma manière de continuer à vivre)
J’en suis à 23 SA
Quelles douleurs physiques ?
Combien de temps dure l’hospitalisation ?
Le retour de couche se fait il rapidement ? Y’a t il une rééducation périnéale ?


Merci d’avance de vos retours

Aurélie
Future Mamange
Aurélie

Mamange de Céleste, ma petite poupée, ma merveille... née le 13/04/20 à 24SA+1

Fragile espoir en cours...
Sophie de la lune
Messages : 14
Inscription : 31 mars 2020, 13:25

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Sophie de la lune »

Bonjour,
Je vous comprend tellement!
Durant ma grossesse nous avons appris les malformations pulmonaires de notre enfant. On nous a annoncé que sa vie future serait terriblement médicalisée avec assistance respiratoire, multiples hospitalisations, etc... Quelle vie pour se bébé? Quel plaisir de vivre? Nous n'avons pas supporter que l'avenir de notre enfant soit sous ses perspectives de souffrances. Les médecins ont proposé l'IMG et nous avons accepté. Seulement, c'était déjà tard dans la grossesse et j'en étais déjà à 7 mois et demi.
Donc je ne peux vous parler que d'une IMG à 7 mois et demi de grossesse et je ne sais pas si le déroulement est le même qu'à 23 semaines. (Mais je pense que oui.)
D'abord un comité doit se réunir pour accepter votre demande. Il faut l'accord d'au moins deux médecins je crois. Ensuite vous aurez probablement un RDV au moins avec un psychiatre pour s'assurer que vous êtes sure de votre décision. Il y a un délai d'attente obligatoire je crois avant de pouvoir faire l'IMG. Pour ma part, je suis passée outre car dans mon cas, les choses se sont précipitées puisque c'était tard dans la grossesse et que j'ai perdu les eaux prématurément. Il a fallu faire les choses précipitamment...
Le jour de l'IMG, vous êtes à l'hôpital. D'abord, ils vous pose une péridurale qui sera fortement dosée. je vous le précise car cela peut entraîner une chute de tension à la fin de l'intervention. Cela m'est arrivée et cela a été très désagréable surtout que je ne savais pas que ça pouvait arriver. Le moment de la pose a été un des derniers moment ou j'ai pu sentir mon bébé, être avec lui, chanter pour lui, et poser les mains sur mon ventre. Après les choses sont très médicalisées et l'on a plus accès à son ventre. Pour poser la péridurale, vous devez faire le dos rond et on vous insère avec un anesthésiant local un cathéter entre les vertèbres. Cela peut être désagréable mais vous ça ne fait pas mal.
Ils s'assurent que la péridurale fonctionne et quand c'est le cas, vous partez au bloc. Le trajet entre la salle de la péridurale et le bloc a été difficile pour moi. J'avais l'impression d'être dans le couloir de la mort... Une fois au bloc, il y a plusieurs personnes qui vous prépare. Tous le monde est gentil et prévenant. On vous nettoie le ventre plusieurs fois avec de la biseptine. On vous met des patch stériles et un tissu chirurgicale sur le ventre pour rendre la zone stérile. Ils installent un cache pour que vous ne puissiez pas voir l'aiguille rentrer dans le ventre, mais si vous le souhaitez, vous pourrez voir l'écran de l'échographie car cela se passe sous échographie. Ensuite, ils vont insérer une longue aiguille dans le ventre puis dans le cordon du bébé. On ne sent rien du tout. Ils injectent d'abord un sédatif puissant pour que le bébé ne souffre pas puis un produit létale. cela se passe en 2 minutes à peine. Cela va très vite. Ils insèrent l'aiguille et ils disent ensuite quand le cœur du bébé s'est arrêté. Ensuite, c'est variable. Pour ma part, j'ai fais une grosse chute de tension. Ca a duré une heure et demi pendant laquelle je luttais pour me réveiller. J'avais l'impression de partir moi aussi... ils m'ont injecté de l'adrénaline pour me réveiller. Dans tous les cas vous resterez un peu au bloc en surveillance. La sensation de la péridurale a été désagréable pour moi car ils avaient bien chargé la dose. Mais pas de douleurs physiques. (morales, oui par contre).
Ensuite on vous ramènera dans votre chambre et il faudra attendre l'accouchement. Il y a des médicaments pour préparer à l'accouchement : un pour préparer le col et 24h après je crois, un autre pour déclencher les contractions. Le temps d'attente est variable d'une femme à l'autre. Moi, j'ai attendue 2 jours avant de pouvoir accoucher. L'accouchement s'est passé sous péridurale donc cela n'a pas été douloureux. J'avais accouché sans pour les 2 premiers mais là, je ne me voyais pas gérer ma douleur physique en plus de ma douleur morale.
Après pour l'accouchement et la suite, je ne sais pas si vous voulez des informations. N'hésitez pas en tout cas. J'ai essayé d'être la plus neutre possible pour répondre à votre question, mais sachez que tout un tas d'émotions peuvent s'en mêler (culpabilité, tristesse, colère, sentiment d'impuissance, d'injustice, peur, angoisses...) Chacun le vis différemment. Et puis il y a le moment ou l'on accueille son enfant décédé. C'est un moment particulier mais tellement nécessaire. Et après, il y a les moments ou on va e voir à la chambre funéraire, les préparatif de la sépulture si vous en faîte une...N’hésitez pas si vous souhaitez un témoignage et d'autres informations. Je ne sais pas jusqu’où vous voulez que j'aille et je ne voudrais pas être intrusive.
L'hospitalisation a durée une semaine pour moi car j'avais fait une forte hémorragie à la naissance. ( Une semaine entre ce qu'ils nomment pudiquement "le geste" et la sortie de l’hôpital. L'accouchement ayant eu lieu au milieu.)
J'ai dû faire une rééducation périnéale car j'étais à plus de 7 mois de grossesse. mais la sage femme m'avait dit que suivant le terme cela n'était pas nécessaire.
Je vous souhaite beaucoup de courage,
Sophie, maman de 3 enfants dont un petit ange
Aurély
Messages : 230
Inscription : 02 avril 2020, 17:10

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Aurély »

Merci Sophie pour votre réponse

Je suis dans un moment de flottement complet j’ai l’impression de ne plus toucher terre, d’être complètement insensible à ce qui se passe autour.
Je culpabilise beaucoup car je ne pleure pas toute la journée mais par intermittence car parfois mon conjoint essaye de me distraire un peu.

Je pense que l’équipe médicale s’est déjà réuni pour discuter de mon cas hier car la médecin echographe m’a fait signé une demande (en me précisant bien que j’écris pouvais changer d’avis) et quand je l’ai revu l’après-midi pour l’amniocentèse elle m’a dit que j’allais rencontrer l’équipe médicale la semaine prochaine.

Votre témoignage me touche beaucoup et je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre
Je ne m’attendais pas par contre à subir le geste « foeticide «  (quel mot insensé) au bloc sous échographie
J’étais persuadé qu’une perfusion de médicaments suffirait...

Pour l’accouchement en lui même j’imagine que les contractions déclenchées sont encore plus douloureuses que les classiques même si je n’ai pas de point de comparaison... comme ce n’est pas naturel, le travail doit être long ?
J’espère surtout ne pas subir de césarienne qui pourrait compromettre une future grossesse mais comment les médecins peuvent ils être sûrs que le bébé se présentera correctement...
Le conjoint peut il être présent à l’accouchement ?

Pour ma part je ne me sens pas pour l’instant de voir ma petite fille, j’ai peur que l’image me hante
Mais j’aimerais que l’équipe prenne ses empreintes
Je vais essayer de trouver du plâtre ou de l’argile

Merci d’avance de vos retours

Et je souhaite force et courage à toutes les mamanges
Victimes de ces situations tellement injustes et intolérables
manou64
Messages : 2
Inscription : 02 avril 2020, 23:23

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par manou64 »

Bonjour j'ai subi une img le lundi 6 janvier 2020 pour cause de malformation génétique à 15 sa.
le samedi j'ai été prendre à l hôpital les 3 cachets afin d'ouvrir le col.
Le lundi je suis rentré dans le service urgences maternité à 7h30 tout le personnel était adorable avec moi. La sage femme de nuit ma posé la perfusion une fois que j'avais enfilé la blouse d’hôpital. L équipe de jour est arrivée se présenté et elle a appelé les anesthésistes . À 9H la sage femme est venu me donner les deux cachets pour déclencher les contractions. A 9H30 péridurale posé sans aucune douleur , j'ai juste eu 10 min assez douloureuse ou j'ai bien senti les contractions avant que la péri s'installe complètement à partir de se moment la je n'ai plus rien senti.
À 10H30 la sage femme et l interne ne gynéco sont venus examiner mon col afin de voir si on pouvais percé la poche des eaux, l interne à dit qu'elle pensait pouvoir y arriver malgré la faible dilatation et ça a marché tout de suite. Après j'ai passé mon temps à lire mais cela n'as pas duré longtemps car à 12H30 j'ai senti le fœtus passé . Je n'avais pas été examiné de nouveau au niveau du col car déjà c’était très rapide et en plus il y avait eu une urgence. J'ai donc sonné et l’auxiliaire de puériculture est arrivé et je lui ai dit que j'ai senti quelque chose et la elle me dit je vais regarder.
Et en effet le fœtus était sorti. A partir de se moment al j'ai vu trois nouvelles têtes arrivées et qui m ont dit on va s'installer. Et la je me dit je veux bien mais totale insensibilité et inertie des jambes donc la sage femme a du m'aider. J'ai juste mis un bolus de ***** avant car à ce stade la de grossesse je me doutais que la délivrance du placenta ne se ferrais pas ce qui a été le cas . J'ai même eu un point intra vaginale et je n'ai rien senti.
Je suis resté 2H45 en salle avant de pouvoir me lever et au retour j'ai fais une belle chute de tension . Mais 10 min plus tard j'étais dans ma chambre ou je me suis posé dans le lit pendant 30 min et après je suis allé me débarbouiller et me changer j'ai pu manger une bonne quiche faite maison avec de la salade.
J'ai vu la psychologue avec mon compagnon puis mes parents sont arrivés avec des cadeaux de réconfort ça fait chaud au cœur malgré tout.
Je suis ensuite allée prendre ma douche afin d'enlever la bétadine et nous avons diner puis regarder la Tv mon compagnon est parti vers 23H30.
J'ai dormi comme un bébé jusque 9H le lendemain, au réveil juste une légère gêne au niveau du point de ponction de la péridurale mais sinon rien d'autre.
J'ai été très soulagé sans tristesse les deux premiers jours car physiquement tout c'était bien passé j'étais contente de ressortir dès le mardi après midi
de rentrer à la maison. Le mercredi déjà le moral était moins bon j'en avais déjà marre d'être à la maison mais une petite sortie en ville m'as fait du bien.
Le jeudi j'ai pleurer quasiment toute la journée merci la chute des hormones, j'avais besoin d'exprimer ma tristesse j'écoutais des chansons tristes car c’était mon état d'esprit du moment.
Le weekend des amis sont venus à la maison le samedi et le dimanche et ça a été dure car j'ai vu leur petite de 3 ans et je me suis dit que c'est ce que j'aurais jamais. Et un autre couple le dimanche dont la femme était enceinte de 9 semaines donc c'était compliqué mais je me suis forcé a ne pas annulé afin de reprendre tout de suite la vraie vie.
Je ne suis allé mieux qu'a partir du mardi car j'ai retravailler dès ce moment là et je me suis sentie revivre.
Penser à autre chose voir des choses plus dure encore ( je suis infirmière) et donc relativiser.
Cela ne m'as pas empêché d'avoir encore des moments de tristesse mais ils étaient moins fréquents.
Le sport ma permis de remonter la pente aussi de me changer les idées et surtout on a revu la généticienne le 16 janvier ce qui fait qu'elle a pu repondre à nos questions sur les différentes possibilités.
Aujourd’hui je vais bien et j'espère que le prochain essai sera un bébé non atteint( mais rien de moins sur car transmission à 50%).

Je crois qu'il est essentiel d'être acteur de son parcours et d'avoir des réponses à ses questions , c'est à mon sens un des vecteurs de la guérison de ce choc.

Je vous souhaite bon courage dans cette épreuve et si vous avez d'autres questions n 'hésitez pas.
Aurély
Messages : 230
Inscription : 02 avril 2020, 17:10

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Aurély »

Merci Manou pour votre réponse et je salue vraiment votre courage d’avoir réussi à reprendre la vraie vie si rapidement.

J’espère en être capable aussi
Et j’espère aussi qu’une sortie du confinement coïncidera avec la fin de mon calvaire pour me permettre d’avoir des moments aussi où je pense à autre chose.

Je ne veux pas être insistante ni remuer dés instants difficiles mais donc pour vous pas d’injection foeticide faite au bébé ? Uniquement des médicaments ?

Je compte vraiment sur une prise en charge de la douleur mais je sais que les équipes sont en effectif réduit en ce moment et cela me fait vraiment peur.

Je vous souhaite un chemin de reconstruction le plus doux et le plus rapide possible

Merci encore pour votre réponse
Quand mon moment sera fini je me suis jurée de comme vous prendre le temps de répondre aux interrogations de femmes qui comme nous sont confrontées à cette situation tellement douloureuse et particulière
Aurélie

Mamange de Céleste, ma petite poupée, ma merveille... née le 13/04/20 à 24SA+1

Fragile espoir en cours...
Ma petite Aleyna
Messages : 63
Inscription : 14 février 2020, 17:06
Localisation : Moselle

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Ma petite Aleyna »

Bonjour Aurelie.

Tout d'abord je suis sincèrement désolé qu'on t'accueil sur ce forum😔
Je vais également te faire part de mon expérience.
Je suis déjà maman d'un petit garçon de 6 ans d'une précédente union. Avec mon nouveau conjoint nous avions cette envie d'avoir notre enfant à tous les deux et de former une belle famille recomposée^^
Après quasiment 2 ans d'essai et à ma grande surprise car je n'y croyais plus j'ai eu la chance d'avoir ce fameux test de grossesse positif. Nous étions alors très heureux et mon rêve allait enfin devenir réalité.
Lors de la T1 tout se passe bien aucun souci une grossesse qui débute normalement. Lors du premier dépistage de la T21 mes marqueurs sériques sont anormaux. En gros mon taux d'hormones et de 10 fois la normale et l'autre taux trop bas. Ma sage-femme m'oriente vers un centre spécialisé en médecine fœtal.
À partir du moment où nous sommes allés là-bas tout s'est écroulé petit à petit... on nous annonce un bébé trop petit en retard de croissance, une anomalie cardiaque visible (Fallot), et sans doute d'autres problèmes qu'il ne voyait pas à l'écho. Peu de temps après je pratique donc une amiosynthese. Le verdict tombe notre fille est atteinte d'une maladie génétique hyper hyper rare et j'insiste bien sur le mot hyper car en France il s'agit d'une naissance sur 80 000 à peu près.
Nous tombons de très haut ! On se dit qu'on ne peut pas être poisseux à ce point on nous dit qu'on a plus de chance de gagner à l'Euromillion c'est pour dire...
Au vu de tous les soucis de santé que notre fille risque de rencontrer et déjà savoir si elle aurait survécu ou non à la naissance ou même au terme de cette grossesse nous décidons de pratiquer l'IMG.
Nous sommes passés par tous les sentiments : tristesse, colère, incompréhension, rage et j'en passe !
Pour le déroulement de l'IMG j'ai je ne peux pas dire l'équipe médicale a vraiment été au top là pour nous à notre écoute attentionné, la maternité étant à 1h30 de route de chez nous mon conjoint a été accueilli tout comme moi, il avait un lit en chambre avec moi et ses repas était comptés.
Nous sommes arrivés le mardi après-midi nous avons eu encore un entretien avec la sage-femme cadre pour nous expliquer le déroulement. Elle m'a donné de suite un médicaments pour préparer mon col mais qui ne jouer en rien sur son ouverture ou sur des contractions.
Nous avons passé notre dernière soirée à trois dans la chambre d'hôpital où j'ai beaucoup parlé à ma fille je me suis excusé je l'ai réconfortait je les rassurée.. je crois qu'en fait cela a été plus pour me rassurer moi.
Le lendemain matin nous sommes descendu dans une salle où le spécialiste a arrêter le cœur de notre bébé😔
Cela a été très dur moralement mais nous étions préparé depuis des semaines depuis cette fameuse annonce.
Une fois l'acte effectué on m'a ramené en salle d'accouchement. J'avais une sage-femme rien que pour moi pour toute la journée une sage-femme très gentille douce à l'écoute vraiment pour ça je ne pouvais rêver mieux et d'ailleurs je ne la remercierai jamais assez d'avoir été présente à nos côtés en ce jour si spécial.
Elle m'a donné des médicaments oraux et vaginaux pour détendre mon col.. Étant mon deuxième enfant je savais que cela aller vite car déjà mon premier est arrivé super vite.
L'anesthésiste est venu entre-temps pour me poser la péridurale car les soignants ne souhaite absolument pas que tu souffres physiquement ils savent que la douleur morale est déjà intense !
Après 4h en salle de naissance la sage-femme m'a ausculté m'a dit que ma fille était en train d'arriver. Le plus dur est arrivée j'appréhendais de devoir donner naissance à cet enfant mort de devoir pousser comme si j'allais donner la vie alors que j'allais être hyper triste😔
Alors je crois que ma fille a voulu m'aider car en me remontant dans le lit pour m'installer ma princesse est née toute seule comme une grande je n'ai rien eu besoin de faire.. elle est arrivée dans sa poche bien couver bien au chaud😊
Pour ma part j'avais décidé de l'avoir j'étais sûr à 100 % c'est ma fille je veux la voir je veux en garder un souvenir. Mon conjoint lui ne voulait pas au départ de peur d'être choqué de ne pas s'en remettre.. puis finalement quand la sage-femme lui a dit qu'elle était magnifique il a eu un déclic et l'as vu avec moi. Et mon Dieu que c'est vrai elle était magnifique paisible souriante juste endormie dans son petit lange !
Mon conjoint a choisi lui-même le prénom de notre fille je lui ai laissé ce choix car il était devenu ce jour-là papa pour la première fois !
Nous sommes restés les 2h en salle d'accouchement avec notre bébé à lui parler à la contempler.. puis la sage-femme la prise pour pouvoir faire ces photos sont petits bracelets et la rendre la plus jolie possible avec de petits vêtements tricoter par des mamies qui font ça bénévolement pour tous les petits anges qui viennent sur cette terre.
Nous sommes remontés en chambre avec notre tristesse mais nous savions que notre fille était là que nous pouvions la voir à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit. Nous sommes redescendu la voir le soir même. Dans le service ils ont prévu une petite pièce nous sommes en toute intimité juste nous et notre bébé.. nous l'avons porté nous l'avons contempler, lui avons parlé nous étions juste à ce moment-là et à chaque fois que nous allions la voir une famille !!
Nous avons fait le choix d'aller la voir 3 fois seulement car trop peur au moment des adieux de ne pas pouvoir la laisser.. je suis sorti le jeudi en fin d'après-midi et nous sommes allés lui dire un dernier au revoir😔
Concernant la crémation nous avons décidé de la faire individuellement à notre charge pour pouvoir l'avoir toujours présente à nos côtés dans notre maison.
Nous avons demandé une autopsie qui a été réalisé rapidement et donc les pompes funèbres on pu la prendre en charge au plus vite. Concernant les frais de crémation l'hôpital nous a fait passer par une association qui s'appelle princesse Grace de Monaco. Ils prennent en charge 150 € des frais. Pour notre part nous avons traité avec une entreprise de pompes funèbres qui travaille toujours avec la maternité ou j'ai accouché.
Au jour d'aujourd'hui nous sommes dans l'attente de pouvoir récupérer notre petite fille. Nous devions attendre que les pompes funèbres reçoivent le règlement de l'association et notre reste pour pouvoir la récupérer. Seulement voilà avec cette histoire de virus maintenant ne peut de toute façon pas aller la chercher et je n'ai pas encore de nouvelles concernant le paiement.. cela m'attriste et me met en colère car j'ai besoin de l'avoir avec nous pour vraiment me dire que nous avons passé toutes les étapes.
Enfin je dois attendre et c'est comme ça😔
Je suis désolé du roman... mais voilà je t'ai fait part de mon expérience retiens y ce que tu souhaites prends des conseils comme bon te semble. Au final c'est seulement vous qui ferait les bons choix vous seul saurais ce que vous devez faire et crois-moi que le jour J votre cœur votre tête votre esprit décidera tout seul de la bonne marche à suivre.
Vous ne devez pas avoir de regret c'est tout ce que je peux te dire et vraiment profite de ton bébé au maximum. Ces moments-là seront vos moments qu'il soit joyeux ou triste personne ne pourra vous les enlever et vraiment essayer d'en profiter car après ça sera trop tard.
Je vous embrasse vous envoie tout mon courage vous souhaite une très belle rencontre avec votre bébé ! Surtout n'hésitez pas à revenir ici si besoin on sera toujours là pour t'écouter😊
Grosse pensée à toi ta famille ton petit bébé et à tous ces petits anges qui accompagne ma petite Aleyna❤️
Ma petite poupée Aleyna dans nos coeurs pour toujours :)
Paranges depuis le 12.02.20..
Bébé arc en ciel prévu pour Mars 2021 🌈🤞😍
Melanieor
Messages : 135
Inscription : 08 août 2019, 08:55

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Melanieor »

Aurély a écrit : 03 avril 2020, 07:42 Merci Manou pour votre réponse et je salue vraiment votre courage d’avoir réussi à reprendre la vraie vie si rapidement.

J’espère en être capable aussi
Et j’espère aussi qu’une sortie du confinement coïncidera avec la fin de mon calvaire pour me permettre d’avoir des moments aussi où je pense à autre chose.

Je ne veux pas être insistante ni remuer dés instants difficiles mais donc pour vous pas d’injection foeticide faite au bébé ? Uniquement des médicaments ?

Je compte vraiment sur une prise en charge de la douleur mais je sais que les équipes sont en effectif réduit en ce moment et cela me fait vraiment peur.

Je vous souhaite un chemin de reconstruction le plus doux et le plus rapide possible

Merci encore pour votre réponse
Quand mon moment sera fini je me suis jurée de comme vous prendre le temps de répondre aux interrogations de femmes qui comme nous sont confrontées à cette situation tellement douloureuse et particulière
Bonjour Aurely
J'ai accouché de ma petite Celestine sans vie à 21SA , c'est vrai que c'est 2sem de moins mais je vais partager quand même mon IMG.
Elle était atteinte par le virus CMV. Comme les atteintes à l'écho n'étaient pas suffisantes c'est l'amniocentèse qui a permis de passer en commission, comme toi dès que la décision a été prise avec les médecins et avant même la commission j'ai eu les différents rdv, j'ai déjà accouché d'une 1er petite fille et je pensais vouloir le faire sans péridurale mais l'équipe psychologique et médicale m'ont conseillé le contraire: mon corps va tellement souffrir psychologiquement et physiquement qu'il ne sert à rien de lui provoquer une souffrance supplémentaire pour le marquer.
Le jeudi je suis rentrée à la mater on m'a donné une chambre, j'ai rencontré la sage femme et la psychologue, j'ai eu les médicaments qui préparent le col puis je suis rentrée chez moi, j'ai complètement douté de tout j ai hurlé dans la voiture j'ai essayé de m'enfuir et de me faire vomir en disant que je voulait garder ma fille, mais mon compagnon m'a raisonné il a été parfait. Le lendemain j'y suis retourné prendre les autres médicaments (pas d'injections les contractions allaient provoquer l'arrêt du cœur de ma fille) c'est allé très vite ils m'ont mis la péridurale et rapidement j'ai poussé (ça dépend vraiment de chacune) et j'ai eu ma fille, ils sont allée la préparer et me l'apporter. La vie continuait car ds les autres salles de naissance j'entendais les 1er pleurs des nouveaux nés sur le coup j'avais peur que ça me mette vraiment mal puis non c'était beau car la vie continuait.... on m'a ramené ma fille nous avons passé un temps avec elle je ne regrette tellement pas de l'avoir vu elle était tellement belle et apaisée. Je regrette de pas avoir assez préparé des choses pour elle j'avais juste un lange mais pas de doudou pas de médaille... j'aurais voulu faire des photos d'elle, je n'avais pas connaissance de la société souvange (car les photos de la sage femme étaient nulles).
Elle est repartie comme j'avais fait une hémorragie de la délivrance je suis restée 1nuit de plus (j'ai exigée les médicaments contre les montées de lait et un petit médicament pour dormir) je me suis fait livrer des sushis (mais malheureusement en confinement je doute que tu puisses).
Je suis repartie le samedi matin.
Pdt les 2j on me demandé si je voulait m'occuper moi des obsèques je disais non mais en fait si. Je me suis dis (et c'est perso aucun jugement si on ne fait pas comme ca) si elle avait eu 1j 3j 1mois 10ans 25ans je n'aurais pas abandonné ses obsèques à qq un d'autres donc non ma vie a existé donc j'ai prévenu les pompes funèbres, j'ai fait faire un dessin à ma fille, j'ai acheté un doudou pour plus qu'elle soit tte seule, une médaille, un lange brodé, je lui ai mis une photo de nous ts, je lui ai écrit une lettre, je lui ai tout déposé au depositoire. J'ai fait inscrire ma fille sur mon livret de famille (je n'avais pas le droit au congés mater à 21sem) on est allé au crématorium et c'était magnifique.
Elle fait partie de ma vie, les prochains jours semaine mois et année ne seront plus comme avant Aurely, tu vas être face à bcp de gens qui ne comprennent pas ton état car le deuil est une rupture émotionnelle avec qq un et vous êtes que ts les 2 à reelement l'avoir eu mais autorise toi tt ce que tu veux pleurer exprimer rire sourire parler d'elle on sera pas pour t'écouter. Ecris dessine (il paraît qu'il y a souvent un effet de création après la perte d'un enfant)
Renseigne toi à cause de ce confinement des dispositions spécifiques par rapport à nos récits
Je t'apporte tout mon courage
Maman Apolline 12/11/2017 👧
FC 14/02/2019
Mam'ange Celestine 09/08/2019 👼
Anatole 🌈 19 nov 2020
Aurély
Messages : 230
Inscription : 02 avril 2020, 17:10

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Aurély »

Merci à la mamange d’Aleyna et à Melanieor pour vos témoignages. J’admire votre courage à toutes d’avoir entouré et accompagné votre bébé au maximum.

Pour ma part j’ai arrêté de toucher ou de regarder mon ventre, je n’arrive plus à me dire que ce que je sens c’est un bébé bouger... c’est affreux à dire (ne me jugez pas trop sévèrement) mais j’essaye de me persuader que j’ai une tumeur dans le ventre et qu’on va me soulager en me l’enlevant
Je suis en colère contre moi même, contre cette injustice
J’ai l’impression de ne pas réaliser ce qui m’arrive

Ma fille a une cardiopathie tellement grave et complexe que je ne sais pas si l’équipe choisira une injection létale ou si les contractions  « suffiront »... c’est mon premier accouchement donc j’ai d’autant plus peur du traumatisme que cela peut générer.

J’ai des rdv mercredi 8/04 avec une gynécologue, un anesthésiste et une psychologue
Je pense que je serais hospitalisée la semaine du 13 avril
J’en serais à 25 SA

Est ce que vous savez si c’est une obligation ou un droit d’inscrire le bébé à l’état civil ?
Je ne suis encore très indécise sur mon choix par rapport à cela

J’aimerai par contre faire des empreintes ou un moulage de ses pieds/mains
Savez vous s’il faut emmener le nécessaire ? Et si oui où le commander ...

Encore un grand merci à vous toutes pour votre bienveillance
Je vous souhaite le meilleur car après une épreuve pareille je pense que vous le méritez toutes
Aurélie

Mamange de Céleste, ma petite poupée, ma merveille... née le 13/04/20 à 24SA+1

Fragile espoir en cours...
Ma petite Aleyna
Messages : 63
Inscription : 14 février 2020, 17:06
Localisation : Moselle

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Ma petite Aleyna »

Ré Aurelie,

Concernant l'état civil tu n'est pas obligé il me semble de l'inscrire mais à redemandé quand même. Tu peux si tu le souhaites l'inscrire à l'état civil et demandé ou non un livret de famille. Après chacun a sa propre opinion de la chose et chacun fait son choix comme bon lui semble. Tu ne saura en aucun cas juger la dessus !

Concernant les impreintes tu peux si tu le souhaites ramener le nécessaire, ce que tu souhaites. Ils feront en sortes d'accepter tous tes choix normalement, il veulent que tu puisses avoir tous ce dont tu as besoin en ce jour si spécial et important pour les parents.
Sinon d'une manière générale il me semble que toutes les maternités te font leur propre empreintes. Pour notre fille nous avons reçu deux petits papiers cartonnés rose avec son prénom et sur chacune il y avait les deux empreintes des mains et des pieds.

Pour ma part j'ai oublié de te dire que j'étais a quasiment 25 SA lors de mon img. Ma fille pesait un peu moins de 500g du a son retard de croissance et mesurait 27cm.
Elle avait l'aspect d'un bébé tout à fait normal sauf en miniature^^

Encore une chose il ne faut pas t'en vouloir et je pense que personne sur ce forum ne doit s'en vouloir. Nous ne sommes en rien responsable de la perte que nous avons vécu où que tu vas vivre. La vie en a décidé ainsi et malheureusement nous ne pouvons la contrée. Pour le moment tu es énervé en colère contre toi-même contre le monde entier peut-être mais sache que cela s'appaisera avec le temps.
Pour ma part ma fille nous a quitté le 12 février dernier et aujourd'hui je reprends goût à la vie petit à petit et j'ai cette lueur d'espoir en moi qu'un jour nous aurons notre bonheur😊.
Prends bien soin de toi surtout fais comme bon te semble et n'hésite pas à revenir pour quoi que ce soit !
Ma petite poupée Aleyna dans nos coeurs pour toujours :)
Paranges depuis le 12.02.20..
Bébé arc en ciel prévu pour Mars 2021 🌈🤞😍
Caroline67
Messages : 100
Inscription : 25 février 2020, 11:34

Re: Ça n’arrive pas qu’aux autres...

Message par Caroline67 »

Bonjour

Désolé de vous accueillir sur ce Forum.

J'ai pour ma part, accouché à 23sa+5 d'un spina bifida. Je vous comprends totalement quand vous dites que vous ne pouvez plus voir votre ventre, ni le toucher. Comme vous je ne réalisez pas ce qui arrivait j'avais qu'une envie que l'img se fasse au plus vite je ne voulait plus rien savoir de ce bébé. Je ne voulais pas la voir, pas lui donner de prénom, pas l'inscrire à l'État civil ni faire un livret de famille.
Quelques jours après je me suis dis que c'était quand même mon enfant, que c'est les derniers moments que je passerais avec elle, et elle aura en souvenirs une maman qui ne voulait plus rien s'avoir de son enfznt. En pensant à ça, je me suis dis que je me dois de lui montrer tout l'amour que j'avais et que j'ai pour elle, et j'ai recommencé à me toucher le ventre et je lui est parlé, je lui est expliqué tout ce qui se passait, sa malformation, la décision que nous avons pris et pourquoi on a choisis l'img... Au final je l'ai vu, je lui est donné le prénom qui lui était destiné, inscrite à l'État civil et sur le livret de famille. J'ai des photos,empreinte, j'ai fais tout ce que je pouvais pour la faire exister. Le cerveau ne fait réalisé les choses qu'une fois que vous serez prête à affronter la réalité, c'est pour cela qu'en ce moment vous vous sentez "perdue".

Une fois la malformation découverte, j'ai tout de suite parle du choix de l'img, le lendemain j'avais lamnio, le jour d'après le rdv chez le neurochirurgie et 2jours après le rdv chez la sage femme. Elle ma donné un médicament à prendre 3jours avant l'img, je crois que ça sert à faire mûrir le col elle ma dit que je risque de saigner mais rien du tout pour ma part. Le mardi soir je suis aller à l'hôpital, ils m'ont mis comme des sortes de tiges dans le vagin (dsl je ne me souviens plus du Tout du nom) c'est très fin ça ne fait pas mal, un peu désagréable sur le coup comme un tampon mal placé mais la nuit je n'ai plus rien senti, et ça gonfle avec le temps c'est pour faire travailler le col. Le lendemain ils ont endormi ma fille puis salle d'accouchement.
Au niveau de la douleur, c'était mon premier accouchement, alors c'était long, 10heures mais je n'ai pas eu mal, j'avais quelques contractions mais c'était vraiment léger je pouvais largement encore tenir mais ils ont décidé de me mettre la péridurale assez vite, j'aurais même pu l'avoir avant si j'avais voulu.
J'ai senti une sensation, que je devais poussé j'ai attendu 10min car je ne voulais pas embêter les sages femmes et quand elle est arrivé pour me donner les médicaments ( toutes les trois heures un oraux et un à mettre dans le vagin) elle voulait voir mon col et mon bébé était la, j'avais à poussé 2sec et c'était fini je pense que mon bébé est descendu toute seule je n'ai ressenti aucune douleurs à ce moment la.

Alors je ne veux pas te raconter de bêtise mais pour moi ils sont obligé d'endormir ton bébé car si tu accouche et que ton enfant née en vie, ils n'ont pas le droit de " L'endormir" car c'est considérée comme un infanticide. En tout ça c'est ce qu'on ma expliqué car à 26sa il me semble qu'ils peuvent déjà réanimer un bébé donc ils doivent l'endormir avant. Alors est ce que j'ai bien compris, je sais pas car à ces moments la on écoute sans vraiment écouter on est un peu dans sa bulle donc prends cet info avec précaution.

Je suis rentrée le lendemain de l'accouchement, sans douleur. J'ai eu mon retour de couche 6 semaines et demi après. Le deuxième jour était des règles très abondantes et les autres jours c'était un cycle normal. On verra le mois prochain. On ne ma pas parlé de reeduc, j'avais rdv normalement fin mars pour mon rdv post natal qui a été décalé a cause du covid 19.

Désolé pour le roman, n'hésite pas à venir parler si tu as besoin, bon courage à toi.
Répondre