Le sort s'acharne

Mline
Messages : 206
Inscription : 26 octobre 2016, 16:09

Le sort s'acharne

Message par Mline » 26 octobre 2016, 17:00

Bonjour, à tous.

Je n'ai jamais écrit sur forum, j'en ai souvent parcourus avec beaucoup d'attention, sans jamais y participer.
Depuis la perte de ma petite fée j'y songe, je lis les sujets publié ici ou ailleurs.
Et puis aujourd'hui j'ai finalement envie de raconter notre histoire. Son histoire.

Le désir de grossesse est né l'année passée avec mon conjoint, mais sans se précipité je n'ai arrêté ma pillule qu'en février 2016.
Très vite je tombe enceinte puisque le début de grossesse est estimé au 27 mars 2016. Nous sommes comblés.
Et cela malgré la maladie de la maman de mon conjoint encore pourtant jeune (cinquantaine). Nous souffrons tous de voir la maladie évoluer mais nous sentons tout le bonheur que nous lui offrons en lui annonçant la grossesse.
Mon conjoint n'a plus qu'un souhait, que sa mère rencontre notre enfant avant qu'il ne soit trop tard. Le terme de la grossesse est prévu au 27 décembre. Nous espérons qu'elle pourra se battre jusque la. Et nous nous prenons à imaginer ce bébé de noël, et même nous rigolons d'avance à l'idée de passer peut être noël à la maternité. Cette idée était loin de me déplaire, quel plus beau cadeau que de passer la journée auprès de son premier enfant qui viendrait de naître.

Le début de grossesse est sans nuage. La première écho se passe très bien, tout est ok. Nous sommes tout émus de voir notre petit bébé, qu'elle sensation incroyable en tant que femme la première fois que l'on sent la vie en soit.

Dans le même temps la douleur est malgré tout présente, belle-maman ne va pas bien, son état se dégrade, elle ne quitte plus l’hôpital...
Nous serons auprès d'elle tout les jours. Nous sommes totalement perdu dans nos sentiments, entre la terrible souffrance d'un parent et le bonheur d'une naissance à venir.

Finalement la grossesse n'aidera pas belle maman à se battre qui s'était déjà tellement battu depuis des années, elle nous quittera le 16 juillet 2016. Peut être s'est-elle sentie en paix et prête à nous laisser voyant notre petite famille prête à se construire. On ne saura jamais. Elle ne souffre plus c'est ce qui compte.
Le deuil est difficile pour mon conjoint bien sur, pour nous tous. Mais la perspective d'une naissance nous force à nous battre, à ne pas nous laisser aller.

Nous partons en vacances en août afin de nous changer un maximum les idées et nous retrouver.
Nous rentrons après 15 jours, un peu plus en forme, un peu plus prêt à avancer.

Fin août, nous attendions cette date depuis des semaines, nous nous rendons à la deuxième échographie. Terriblement impatient car nous allions connaitre le sexe. Terriblement anxieux aussi. Sur le moment cela me paraissait normale d'être très stressé alors même que je ne l'avais pas été à la première écho. Finalement, 6ème sens ou pas, cette échographie est un cauchemars: corps calleux trop court, intestin hyperechogène, fémur court, os propre du nez non vu entièrement. Il nous parle rapidement d'anomalie chromosomique et nous oriente à *****.
La terre s'arrette de tourner, tout s'écroule.

Je ne peux plus m'arretter de pleurer, je cris de douleur.

S'ensuivra des semaines d'examens, avec amiosynthèse, échographies, IRM foetale, prise de sang, etc. S'ensuivra également toutes les émotions que nous vivrons. Nous ne voudrons pas y croire, "c'est pas possible il se trompe, elle va bien". Tellement dur d'imaginer ca alors que je sens ma petite puce gigoter et que ma grossesse c'est bien déroulé jusqu'alors. (Oui c'est une fille... sa grand-mère souhaitais tellement que ce soit une fille...)
Durant 1 mois nous serons ballotté de médecin en médecin sans véritablement savoir ce qui se passe pour notre bébé.

Finalement le verdict est clair: délétion importante sur le chromosome 11... C'est très rare... mais c'est très grave.

L'IMG a lieu le 3 octobre dernier, jusqu'au dernier moment je la sentirais bouger. L'accouchement se passe bien (physiquement). Ce sera une torture psychologique.Chaque ressenti, contraction etc sera d'une douleur interne énorme. Je ferais malgré tout le choix de l'accompagner jusqu'a la fin en m'impliquant dans l'accouchement, en poussant a chaque contraction.
Les sages femmes ont été incroyables.

Mon conjoint, un homme qui ne se livre pas ne lachera aucune émotion. Meme si moi je vois les blessures dans ses yeux. Il sera un soutien sans faille pour moi.J'ai essayer d'en faire de même pour lui sans être persuadé d'avoir réussie autant que je le souhaitais.

Nous ne voudrons pas voir notre petite puce, et déciderons de garder l'image et l'imaginaire que nous avons pour elle grâce aux échographie. Elle portait des malformations physiques, nous avions tellement peur d'avoir une image d'elle négative et qui nous fasse du mal. (Les hesitations ont été nombreuses).

Nous n'avons pas réussi à lui donner également un prénom. On nous juge beaucoup pour cela... Mais nous avons connu son sexe en meme temps que sa maladie. Nous n'avons pas réussi à la nommer autrement que par les petits noms que nous lui donnions. La prénommer pour sa mort me rendait tellement malade. Choisir un prénom pour sa mort. c'est terrible.

J'espère que vous comprendrez notre réaction. Cela ne change rien à tout l'amour que nous lui portons... petite fée de mon coeur, mon premier enfant, ma petite puce qui me donnait tant de petit cou la nuit, sa jolie petite bouille, son petit profil sur les échographies..

Depuis nous essayons de nous reconstruire. Comme pour le décès de belle maman, nous sommes partis quelque jour en bord de mer se ressourcer et se retrouver. Le bien fait de regarder la mer et les vagues ..

Mon homme n'en parle pas, il fait comme si tout va bien. Se cache derrière sa bonne humeur et son humour habituel. Mais a moi il ne peut pas la faire. Je vois et je ressens. Mais il n'en parle pas.
Quant à moi jai démarré un suivi psy avec une psy spécialisé dans le deuil perinatal.

Aujourd'hui nous attendons les résultats de nos propre caryotypes. Les médécins nous disent qu' 90% il doit s'agir d'un "accident"... Les probabilités je ne les supportent plus... L'attente est longue, notre projet de créer une famille est toujours la. Même si la peur est aussi présente.

Elle restera ma petite fée, partie tenir compagnie à sa mamie elle aussi partie trop tôt.
Ma Fee des etoiles 03/10/2016 (29 SA +1jrs)

Celie
Messages : 112
Inscription : 01 mars 2016, 08:28

Re: Le sort s'acharne

Message par Celie » 27 octobre 2016, 13:42

Bonjour Mline,

Je ne sais pas trop quoi dire, sauf que je suis vraiment navrée de ce qui vous arrive.
C'est déjà atroce de perdre son enfant, mais y ajouter la perte d'un parent c'est absolument tragique.

Ça me rappelle un peu mon histoire et celle de ma meulleure amie : nous etions enceintes en même temps.
J'ai perdu mon bébé Arthur, tandis qu'elle perdait sa maman. C'était affreux. Je me souviens qu'elle ne voulais pas accoucher, car les medecins lui avaient dit que sa maman tenait juste pour voir le bébé. C'est en effet ce qui s'est passé.

La vie est vraiment bizarre. J'étais privée de mon bébé, et elle, elle avait son bébé, mais plus sa maman.

Ça a été extrêmement difficile pour elle. La crémation a eu lieu le jour de ma DPA, au même endroit où 4 mois plus tôt je disais un dernier adieu a mon ange.

Je suis vraiment désolée pour toi. Dis toi que au moins, ta belle mère n'aura pas enduré la souffrance de perdre sa petite fille. Elle vous a vu heureux et cela l'a apaisée.
Quant à vous, vous allez devoir prendre grand soin de vous, pour surmonter tout cela, et ton chéri va devoir un jour où l'autre faire face a ses douleurs, s'il ne veut pas craquer.

Je t'envoie toute ma tendresse, ainsi que de douce pensées a ton ange et à sa mamie.

Manon
Messages : 20
Inscription : 19 août 2016, 20:35
Localisation : Rhone alpes

Re: Le sort s'acharne

Message par Manon » 27 octobre 2016, 20:10

Mline a écrit :Bonjour, à tous.

Je n'ai jamais écrit sur forum, j'en ai souvent parcourus avec beaucoup d'attention, sans jamais y participer.
Depuis la perte de ma petite fée j'y songe, je lis les sujets publié ici ou ailleurs.
Et puis aujourd'hui j'ai finalement envie de raconter notre histoire. Son histoire.

Le désir de grossesse est né l'année passée avec mon conjoint, mais sans se précipité je n'ai arrêté ma pillule qu'en février 2016.
Très vite je tombe enceinte puisque le début de grossesse est estimé au 27 mars 2016. Nous sommes comblés.
Et cela malgré la maladie de la maman de mon conjoint encore pourtant jeune (cinquantaine). Nous souffrons tous de voir la maladie évoluer mais nous sentons tout le bonheur que nous lui offrons en lui annonçant la grossesse.
Mon conjoint n'a plus qu'un souhait, que sa mère rencontre notre enfant avant qu'il ne soit trop tard. Le terme de la grossesse est prévu au 27 décembre. Nous espérons qu'elle pourra se battre jusque la. Et nous nous prenons à imaginer ce bébé de noël, et même nous rigolons d'avance à l'idée de passer peut être noël à la maternité. Cette idée était loin de me déplaire, quel plus beau cadeau que de passer la journée auprès de son premier enfant qui viendrait de naître.

Le début de grossesse est sans nuage. La première écho se passe très bien, tout est ok. Nous sommes tout émus de voir notre petit bébé, qu'elle sensation incroyable en tant que femme la première fois que l'on sent la vie en soit.

Dans le même temps la douleur est malgré tout présente, belle-maman ne va pas bien, son état se dégrade, elle ne quitte plus l’hôpital...
Nous serons auprès d'elle tout les jours. Nous sommes totalement perdu dans nos sentiments, entre la terrible souffrance d'un parent et le bonheur d'une naissance à venir.

Finalement la grossesse n'aidera pas belle maman à se battre qui s'était déjà tellement battu depuis des années, elle nous quittera le 16 juillet 2016. Peut être s'est-elle sentie en paix et prête à nous laisser voyant notre petite famille prête à se construire. On ne saura jamais. Elle ne souffre plus c'est ce qui compte.
Le deuil est difficile pour mon conjoint bien sur, pour nous tous. Mais la perspective d'une naissance nous force à nous battre, à ne pas nous laisser aller.

Nous partons en vacances en août afin de nous changer un maximum les idées et nous retrouver.
Nous rentrons après 15 jours, un peu plus en forme, un peu plus prêt à avancer.

Fin août, nous attendions cette date depuis des semaines, nous nous rendons à la deuxième échographie. Terriblement impatient car nous allions connaitre le sexe. Terriblement anxieux aussi. Sur le moment cela me paraissait normale d'être très stressé alors même que je ne l'avais pas été à la première écho. Finalement, 6ème sens ou pas, cette échographie est un cauchemars: corps calleux trop court, intestin hyperechogène, fémur court, os propre du nez non vu entièrement. Il nous parle rapidement d'anomalie chromosomique et nous oriente à *****.
La terre s'arrette de tourner, tout s'écroule.

Je ne peux plus m'arretter de pleurer, je cris de douleur.

S'ensuivra des semaines d'examens, avec amiosynthèse, échographies, IRM foetale, prise de sang, etc. S'ensuivra également toutes les émotions que nous vivrons. Nous ne voudrons pas y croire, "c'est pas possible il se trompe, elle va bien". Tellement dur d'imaginer ca alors que je sens ma petite puce gigoter et que ma grossesse c'est bien déroulé jusqu'alors. (Oui c'est une fille... sa grand-mère souhaitais tellement que ce soit une fille...)
Durant 1 mois nous serons ballotté de médecin en médecin sans véritablement savoir ce qui se passe pour notre bébé.

Finalement le verdict est clair: délétion importante sur le chromosome 11... C'est très rare... mais c'est très grave.

L'IMG a lieu le 3 octobre dernier, jusqu'au dernier moment je la sentirais bouger. L'accouchement se passe bien (physiquement). Ce sera une torture psychologique.Chaque ressenti, contraction etc sera d'une douleur interne énorme. Je ferais malgré tout le choix de l'accompagner jusqu'a la fin en m'impliquant dans l'accouchement, en poussant a chaque contraction.
Les sages femmes ont été incroyables.

Mon conjoint, un homme qui ne se livre pas ne lachera aucune émotion. Meme si moi je vois les blessures dans ses yeux. Il sera un soutien sans faille pour moi.J'ai essayer d'en faire de même pour lui sans être persuadé d'avoir réussie autant que je le souhaitais.

Nous ne voudrons pas voir notre petite puce, et déciderons de garder l'image et l'imaginaire que nous avons pour elle grâce aux échographie. Elle portait des malformations physiques, nous avions tellement peur d'avoir une image d'elle négative et qui nous fasse du mal. (Les hesitations ont été nombreuses).

Nous n'avons pas réussi à lui donner également un prénom. On nous juge beaucoup pour cela... Mais nous avons connu son sexe en meme temps que sa maladie. Nous n'avons pas réussi à la nommer autrement que par les petits noms que nous lui donnions. La prénommer pour sa mort me rendait tellement malade. Choisir un prénom pour sa mort. c'est terrible.

J'espère que vous comprendrez notre réaction. Cela ne change rien à tout l'amour que nous lui portons... petite fée de mon coeur, mon premier enfant, ma petite puce qui me donnait tant de petit cou la nuit, sa jolie petite bouille, son petit profil sur les échographies..

Depuis nous essayons de nous reconstruire. Comme pour le décès de belle maman, nous sommes partis quelque jour en bord de mer se ressourcer et se retrouver. Le bien fait de regarder la mer et les vagues ..

Mon homme n'en parle pas, il fait comme si tout va bien. Se cache derrière sa bonne humeur et son humour habituel. Mais a moi il ne peut pas la faire. Je vois et je ressens. Mais il n'en parle pas.
Quant à moi jai démarré un suivi psy avec une psy spécialisé dans le deuil perinatal.

Aujourd'hui nous attendons les résultats de nos propre caryotypes. Les médécins nous disent qu' 90% il doit s'agir d'un "accident"... Les probabilités je ne les supportent plus... L'attente est longue, notre projet de créer une famille est toujours la. Même si la peur est aussi présente.

Elle restera ma petite fée, partie tenir compagnie à sa mamie elle aussi partie trop tôt.
Bonjour , juste un petit message rapide pour te dire que les témoignages sont rares , j'en ai recherché aussi . J'ai subit une IMG le 15/06/16 .Je n'ai pas voulu voir mon bébé , je n'ai pas non plus donné de prénom ni fait d'obsèques ni même inscrit sur le livret de famille . J'étais pourtant à 29 sa et ce bébé avait déjà bien sa place... Personne ne peux juger ça, ça ne signifie pas pour autant qu'on a moins mal qu'une autre , qu'on oubliera .
Ce drame , nous apprenons à vivre avec . Le deuil peut se faire tout doucement quand même .
Je ne t'ai pas précisé que pour nous aussi il y avait des malformations ( faciales ) donc aucune envie de garder une image traumatisante en tete . 4 mois et demi apres mon accouchement , je ne regrette aucun de mes choix et je suis en paix avec moi même . J'espère que tu arriveras à l'être aussi .
Je te souhaite plein de courage
IMG le 15/06/16 29 sa
Bébé espoir prévu pour le 7/06/17... arrivé le 02/06/2017 , l’amour de ma vie!

Mline
Messages : 206
Inscription : 26 octobre 2016, 16:09

Re: Le sort s'acharne

Message par Mline » 28 octobre 2016, 09:14

Merci Celie pour ta réponse.

La vie est parfois un véritable mystère, ton histoire et celle de ta meilleure amie me peine beaucoup.
La mort et la vie sont tellement lié finalement.
Votre amitié à du s'en voir renforcée même si elle ne devait pas en avoir besoin, vivre des épreuves terribles comme celles ci même si elles sont différentes, lie des personnes à tout jamais.

Cette épreuve m'a rapproché considérablement de mon entourage. Je savais qu'il y avait de l'amour avec les membres de ma famille et mes amis, mais j'ai découvert un soutien sans faille et grâce à eux j'ai surmonté l'annonce et l'accouchement. Maintenant je sais que les prochains moi on sera seul a surmonter notre peine et nos peurs et qu'il le faut nous devons nous relever de tout cela.
Mon chéri va en effet devoir lâche prise un jour où l'autre. J'aimerais beaucoup qu'il le fasse mais ça semble complètement bloque en lui. Il s'y refuse. Je crains le jour où il va lâcher...

Toutes mes pensees pour ton petit Arthur.

Merci à toi également Manon pour ton message, il m'a fait beaucoup de bien.
J'ai accouché également à 29 SA. Et nous étions en paix avec nos décisions lorsque nous les avons prise. Aujourd'hui pourtant on nous a déjà plusieurs fois regardé avec des gros yeux lorsque nous expliquons tout ça. Pour ma part dans ces moments la je me sens comme un parent indigne qui n'a pas fait ce qu'il fallait. Alors même que ces decisions je les ai prise en mon ame et conscience et que j'y met beaucoup de sens. Je ne devrais pas me formaliser des regards et des propos parfois blessants de certaines personnes qui en plus ne compte meme pas forcement pour moi.
Mais ça m' atteind quand même.
Et en effet c'est pas pour autant que je souffre moin ou que je l'aime moin.

Je crois qu'il va falloir que je me forge un peu plus face à ces personnes qui jugent et que j'apprenne a ne plus prêter attention.
J'espère arriver comme toi à être en paix avec le temps.

En tout cas merci. Je pense à nos petits anges.
Ma Fee des etoiles 03/10/2016 (29 SA +1jrs)

Manon
Messages : 20
Inscription : 19 août 2016, 20:35
Localisation : Rhone alpes

Re: Le sort s'acharne

Message par Manon » 29 octobre 2016, 10:48

Encore un peu de mon histoire si ça peux t'aider ... Il est très difficile pour moi d'expliquer le syndrome affreux qu'avait notre bébé et je trouve très intime de parler de notre décision IMG . Seuls nos parents et quelques amis très proches sont véritablement au courant des détails . Pour les autres , " nous avons perdu le bébé " et c'est tout! Certains essayé d'en savoir plus avec des questions maladroites, je réponds alors " je suis désolée , je n'ai pas envie sen parler , ça ne me fait pas du bien ".
Je suis Estheticienne et toutes les clientes m'ont vu enceinte, inutile de te dire que cette phrase magique m'a sauvé plus d'une fois! J'ai éviter de " rendre des comptes". C'est notre histoire, ça ne regarde personne , de toute façon , heureusement pour eux , ils ne sont pas passé par là, ils ne peuvent pas comprendre . Ceux qui comprenne et quand meme , ont l'intelligence de ne pas être très intrusives .
Concernant mon conjoint , il a réagit comme le tien' ... Étonnant toutes ces similitudes !
Aujourd'hui , je suis enceinte de 9 sa, bientôt nous auront notre echo du 1 er trimestre et cette fameuse biopsie ... Ça devient concret , il se projette. Il n'a jamais vraiment craqué , je pense que ce n'est pas un passage obligé . La vie nous offre à notre tour du bonheur si fragile , alors on en profite et on l'apprécie timidement .
Le temps est notre meilleur allié!
Bisous
IMG le 15/06/16 29 sa
Bébé espoir prévu pour le 7/06/17... arrivé le 02/06/2017 , l’amour de ma vie!

Mline
Messages : 206
Inscription : 26 octobre 2016, 16:09

Re: Le sort s'acharne

Message par Mline » 29 octobre 2016, 11:53

Ta force de caractère t'as semble-til protégé des personnes intrusives ou maladroites. Je n'ai pas eu cette présence d'esprit. Dans un premier temps je n'en avait parlé qu'aux proches. Puis il a fallu que j'en parle aux collègues puis aux voisins. Toutes ces personnes qui m'ont côtoyer enceinte et qui du jour au lendemain m'ont vu encore enceinte mais dans un état déplorable puis ne plus etre enceinte du tout. Finalement avec mes collègues tout c' est tres bien passe, beaucoup de bienveillance, peu de questions. Je ne suis pas esthéticienne mais je me reconnaît quand tu parles de tes clientes. Je suis éducatrice spécialisée en milieu ouvert. Je fais des suivis donc de familles entières et cela depuis de nombreux mois voir années. Ils m'ont donc vu enceinte m'en ont parlé etc. Je craignait de reprendre le travail. Mon patron m ' a alors finalement proposé d'effectuer d'autres suivis avec des familles que je ne connais pas. L'appréhension est alors retombée, pas besoin de subir les questions.

Mon conjoint quant à lui voyant les effets qu'avaient ce type de questions sur moi ( pas le temps de répondre à la moindre question je m effondrais) il a assumer le fait de repondre aux gens, nos voisins ou autres. Pour ma part cela m'évite d'en parler avec ceux qui ne sont pas proches, pour les autres en parler ne me derange pas car ils savent et ne sont pas intrusif. Cela ne m' a pas empêché d' entendre certaines choses qui m'ont blessé et m'ont fait douté. Je sens que de jour en jour je perd moin confiance et j'assume de plus en plus. Le temps fait certainement tout son travail. Japprend aussi a ne parler que de ce que jai besoin d'exprimer. En effet la malformation chromosomique qu' avait ma petite puce et le syndrome horrible qui s'y associe je ne veut plus en parler. On me demande ce que c'est, ce qu'elle avait. Stop elle était malade pauvre petite puce, voilà tout. Cest la que je vois que j evolue un peu. La psy et ce forum m'aide même si tout est loin d'être réglé dans mon esprit.

Aujourd'hui je ne réagis plus en m effondrant lorsque l'on m'en parle, je suis donc plus à même de répondre ce que je veux à qui je veux.

Maintenant nous attendons nos résultats de caryotype, nouvelle étape angoissante qui conditionne notre reprise des essais bébé.

Concernant ton homme cela me rassure un peu de me dire qu'il na pas craqué et tient bon encore malgré toute ces épreuves, le craquage n'est pas obligatoire. Je suis admirative de cette force. Comme je dis au mien, je sais combien il est triste et malheureux de toutes ces epreuves, mais sa force de caractere pour ne pas se laisser sombrer et garder le dessus et le gout de se battre me donne à moi aussi la force.
J'ai peur d'un craquage tardif et d'autant plus fort et difficile a remonter. Mais finalement peut être que cela n'arrivera pas et que l'on pourra gouter à un tout nouveau bonheur bientôt. On verra, aujourd'hui la vie nous la saisissons et la goutons au jour le jour.

Je suis très heureuse d'apprendre ta grossesse et je te souhaite tout le meilleur a toi et ton homme. Ces petits instants de bonheur, aussi fragile soit il, sont à saisir et à ne pas négliger. Même si je peux m'imaginer toute la prudence et les craintes qui peuvent s'accompagner à cela.
Chaque étapes des examens sera une étape importante. Il faudrait gravir chacune de ces étapes pas à pas.

Merci pour ton témoignage, je me reconnaît beaucoup dans ton histoire et cela me requinque un peu.
Bisous

Mline
Messages : 206
Inscription : 26 octobre 2016, 16:09

Re: Le sort s'acharne

Message par Mline » 16 novembre 2016, 07:54

Juste besoin d'écrire. parfois je réussi à garder le cap à avancer à me projeter à occuper mes journees. Et puis à d'autre moments c'est plus dur. Depuis hier je suis à nouveau dans le creux de la vague. Sans trop savoir pourquoi je flanche à nouveau maintenant.
Elle me manque tant c est terrible.. je me sens vide et inutile. Une maman au ventre vide et aux bras vide...
Il est tant que je reprenne le travail je crois pour avancer un peu ...
J'ai démarrer hier l'écriture de l'histoire de ma petite princesse, peut être que c'est cela qui m attriste tant à nouveau...
Ma Fee des etoiles 03/10/2016 (29 SA +1jrs)

ben
Messages : 119
Inscription : 12 octobre 2016, 01:23

Re: Le sort s'acharne

Message par ben » 16 novembre 2016, 08:45

Bonjour Mline,
Je suis désolée de savoir que tu es au creux de la vague. Mais ces sentiments sont naturels et nous passons toutes par ces fluctuations. Tu es peut-être une maman au ventre et aux bras vides, mais tu es une maman au coeur débordant d'amour pour sa fille, qui a pris une décision terrible, en sachant que tu devrais vivre avec, parce que justement tu l'aimais déjà plus que tout !
Je te souhaite beaucoup de courage. Tu sais, je me dis que si déjà tu es en capacité d'écrire son histoire, alors c'est que tu avances sur ton chemin du deuil...
Bisous volants à ta fille
Ben
Maman de Camille née le 9 octobre 2013 👧, d'Iris arrivée le 5 octobre 2016 à 14 SA + 6j (MFIU due à une triploïdie) 👼 et d'Héloïse née le 10 septembre 2017 👶🌈

Mline
Messages : 206
Inscription : 26 octobre 2016, 16:09

Re: Le sort s'acharne

Message par Mline » 16 novembre 2016, 09:13

Merci de ta réponse ben. Je vois que tu as subi ton img debut octobre comme moi. Tu dois egalement vivre ce que je vis actuellement
Oui je crois que j'avance, en tout ça j'en avais l'impression, je vois la psychologue tres régulièrement qui trouve aussi que j'avance. Maintenant elle veut travailler avec moi sur la notion d'angoisse car apparament je suis devenue une boule d'angoisse pour tout et rien. Et pour envisager l'arriver d'un petit frère ou d'une petite soeur elle me dit quil faut qu on fasse baisser le niveau d'angoisse.
Mais la depuis hier j'ai le sentiment d'avoir refait plusieurs pas en arrière. J'aurais peut être du attendre plus longtemps pour commencer a ecrire son histoire. Ca me tracasse depuis le jour de limg de rédiger son histoire et dy faire apparaître tout mes sentiments. Jai peur que certaines choses soient moins clair dans mon esprit avec le temps alors je ne voulais pas tarder pour l écrire. Et passer à l'écrit à souvent eu un effet thérapeutique pour moi. Sauf que la j'ai juste commencé quelques lignes et c'est douloureux. Il faut que je sois plus patiente je crois.

Merci pour tes mots réconfortant.
Mes pensées pour nos anges
Ma Fee des etoiles 03/10/2016 (29 SA +1jrs)

ben
Messages : 119
Inscription : 12 octobre 2016, 01:23

Re: Le sort s'acharne

Message par ben » 16 novembre 2016, 09:24

Oui, j'ai subi mon IMG début octobre, comme toi.
Après, chacune avance à son rythme. Moi aussi j'étais plutôt bien en début de semaine dernière, et j'ai basculé vendredi midi. Week-end pourri, beaucoup de colère. Là c'est un peu revenu, notamment depuis que j'ai vu la psy lundi.
Pour ce qui est d'une prochaine grossesse, ma gyneco m'a dit une fois que nous serions forcément angoissés, mais que tomber enceinte en janvier ou en mai ne changerait rien à ces angoisses. C'est bête mais ça m'a un peu apaisée...
Je trouve super que tu arrives à écrire. Moi j'en suis incapable, alors je laisse des traces sur ce forum. Une manière de faire exister ma fille, car je me saurais pas communiquer directement "avec elle". Toi seule peut savoir ce qui est bon pour toi en ce moment, ou en tous cas ce qui te fais le moins souffrir. Alors, je dirais que tu as bien fait d'essayer mais que si tu ne t'en sens pas capable pour l'instant, tu pourras toujours y revenir plus tard... Ces quelques lignes sont déjà une première étape qui, comme je te le disais toute à l'heure, sont aussi une preuve que tu as avancé !
Ben
Maman de Camille née le 9 octobre 2013 👧, d'Iris arrivée le 5 octobre 2016 à 14 SA + 6j (MFIU due à une triploïdie) 👼 et d'Héloïse née le 10 septembre 2017 👶🌈

Répondre