Une expérience et contre-coup fracassants

Atticus
Messages : 5
Inscription : 28 juin 2018, 09:45

Une expérience et contre-coup fracassants

Message par Atticus » 28 juin 2018, 10:44

Bonjour à vous.

Une petit bout de mon histoire (je pense qu'il est rare de voir des Papanges s'exprimer sur internet, les réseaux sociaux ou même en face d'un personne).

Je pense qu'il est délicat pour tout le monde de vouloir demander à quelqu'un "comment tu vas? comment tu te sens? etc" suite à un choix que personne n'aurait pu prendre à notre place.

On a perdu notre Fille en février de l'année dernière à l'heure où j'écris (on entrait dans le 8ème mois).
Enfin, "perdu". Comment peut-on employer ce mot. On a tous du faire un choix, et j'espère dans la plupart des cas, le bon et pour le bien. Deux mots à connotation positives, mais paradoxalement qui nous met par terre dans ce contexte.

Autant employer un mot plus juste : "aurevoir". Un mot totalement banal et fade à l'entendre, limite sans expression. Mais ce simple mot m'a totalement fait effondrer. C'est une femme, d'une douceur et d'une gentillesse avec qui l'on faisait des séances d'haptonomie qui l'a employé. C'était notre dernière séance d'haptonomie à 4 (elle, moi, ma compagne et notre petite). ET comme je viens de le dire plus haut, c'est avec douceur qu'elle a dit "maintenant il est temps de lui dire aurevoir, et ne pas se dire qu'on a fait tout cela pour rien".

Mais c'est surtout ce "temps de lui dire aurevoir".

Voilà plusieurs jours que je me contenais pour être fort pour la Mère de notre Petite, accepter le choix qu'on a fait et l'échéance. Mais à cet instant il fallait que je craque.

SUite à l'IMG, et durant toute l'année qui s'est écoulée, je n'ai pas eu le sentiment d'avoir fait le deuil, ni même d'y penser réellement. Je ne me doutais pas en fait que je commençais à sombrer à petit feu intérieurement.

Je n'ai pas voulu être suivi.
Parler à quelqu'un? pour quoi faire? entendre ce que je sais déjà? anticiper les réponses?
ALors je pense avoir fait comme la plupart des Papas, dissimuler ma peine et ma tristesse dans ma vie quotidienne. C'est ma compagne qui m'a quand même poussé à consulter un médecin juste pour m'arrêter une dizaine de jours, question de souffler. Pour moi je n'en avais pas besoin, mais je l'ai fait quand même.

L'année fut assez riche et mouvementé (un voyage pour se changer les idées, quelques weekend pour souffler, un déménagement, changement de poste etc etc...)

Mais vient l'instant fatidique : le contre-coup. Celui qui vient à l'improviste, une fois que tout redevient tranquille dans nos vies, et que le vrai train train quotidien a repris son cours.

C'est tombé plus ou moins à la même période des mauvaises nouvelles annoncées et de l'IMG (février 2018, autant dire tout récent).
Stress, crise d'angoisse, crise de panique. Je ne mangeais plus, perdu 9kg en quelques semaines, plus le goût à rien, pensés négatives, noires.
Je n'accusais pas le contre coup de mon état, car je pense dans la foulée avoir déclencher également de l'hypocondrie.

Une véritable décadence.

Je partais donc souvent chez le médecin, lui expliquait les symptomes (trouble d'apétit, douleur bras, thorax etc...). Mais quand vous vous retrouvez face au généraliste et que les questions bateaux vous faire fondre en larme :"vous dormez bien?" "vous êtes fatigués?" "avez vous des envies?" "y-a-t-il eu quelque chose dans votre vie?", c'est qu'il est temps de se prendre en main, ou plutot qu'on vous aide.

Mon cerveau a décidé de lâcher prise au bout d'un an. Quand je vous ai dit que je sombrais à petit feu sans m'en rendre compte, arrive un moment ou tout déconne, et le corps ne vous fait pas de cadeau.

J'ai commencé à consulter mais on tournait vite en rond. On cherchait plus à traiter mes crises d'angoisses, de stress et de moral à 0 que le vrai problème je pense. Etant persuader d'avoir un problème physiologique, ça pouvait courcircuiter le travail sur le psychique. AUtant faire tous les examens et traiter le physiologique avant la psychologie. ce qui est logique d'un certain point de vue.

Depuis plusieurs semaine je fais des efforts seuls. je ne suis pas suivi, je n'ai pas d'anxyolitique (juste des truc à base de plante et encore, n'en prend pour ainsi dire jamais). Au début de ma décandence si, pensant que ça pouvait avoir un effet. Mais que dalle. ALors j'ai regardé et me suis renseigné sur internet en triant les infos (forcement en psychotant sur un potentiel cancer que je pouvais avoir, ou tumeur)....ah l'hypocondrie...

mais au final je n'ai fait qu'une cure de magnésium dont je ressent les bienfaits à l'heure actuelle. En 2 mois j'ai su reprendre du poil de la bête, avec beaucoup d'effort et d'auto coup de pied au cul. dans l'espoir de pouvoir être de nouveau suivi et repartir sur le vrai probleme.

mes angoisses et mon stress sont toujours là.

Mais en analysant ces crises, le contexte, l'environnement, au final on peut vite se rendre compte qu'en fait, c'est peut être pas forcement un contre coup à propement parlé, mais d'un véritable choc post-traumatique. Domaine hospitalier, spécialiste, généraliste, fil d'attente, diagnostic, bouchon voiture, isolement, angoisse, tachycardie, peur de mourir etc etc... tout peut être lié...

Une chose est sure, jamais je ne compte oublier tout ce beau chemin qu'on a fait à 3, ensemble. et même cette dernière journée éprouvante. On fait tout ce qu'il fallait pour garder le maximum de souvenir. Photo, emprunte, bijou en doublon qu'on a mis sur Elle, et qu'on garde tout le temps sur nous (un petit bracelet Coeur pour la Maman, une moitié de médiator pour moi, qu'elle tient dans sa petite main, et moi autour de mon cou).

ELle ne sera jamais oubliée.
Pap'ange de ma Petite Chloé

Haras
Messages : 153
Inscription : 27 janvier 2018, 18:51

Re: Une expérience et contre-coup fracassants

Message par Haras » 28 juin 2018, 13:41

Bonjour Atticus, un très beau message d'amour pour ta fille ! Tout en pudeur comme la plupart des papas d'ailleurs. Je crois que tu as tout bien analysé, le corps peut être un lanceur d'alerte très puissant quand quelque chose ne va pas dans la tête.
Prends soin de toi
Isabelle 39 ans maman de deux merveilleux garçons nés en 2006 et 2011.
Mamange de notre magnifique petite Sarah née le 9 janvier 2018 à 31 SA et envolée le 10 janvier à cause d'une infection au streptocoque b.
Je t'aime mon petit papillon 💕

Anne2017
Messages : 2026
Inscription : 05 mars 2017, 11:36

Re: Une expérience et contre-coup fracassants

Message par Anne2017 » 28 juin 2018, 14:01

Bonjour Atticus,

Merci pour ce beau témoignage. J'espère que malgré cet au revoir et cette prise de conscience un peu tardive, tu trouveras la voie de la paix avec ton histoire, avec l'histoire de votre famille et de cet enfant qui a laissé sa trace dans vos vies.

Le corps a sa mémoire et refuse parfois d'accepter ce que notre esprit tente de lui imposer. Je me souviens avoir eu des contractions un jour de cette seconde grossesse pour moi, sans avoir fait aucun effort ce jour là ni que cela soit une date particulière... Avant de réaliser quelques jours plus tard que je venais de passer le terme exact au jour près de ma première grossesse, achevée trop tôt. Mon corps n'avait pas oublié, quand mon cerveau lui n'y avait pas consciemment pensé.

Bon courage pour la suite et merci pour ce beau témoignage.
Anne,
Maman d'un petit garçon né sans vie le 23/02/17
Maman d'une petite fille née le 07/09/18, pour notre plus grand bonheur

Helene0917
Messages : 286
Inscription : 09 mai 2018, 14:33

Re: Une expérience et contre-coup fracassants

Message par Helene0917 » 28 juin 2018, 14:18

Bonjour Atticus et merci pour ton témoignage,
Dans le deuil périnatal, on pense essentiellement qu'à la maman, comment elle va? Est-ce qu'elle tient le coup?... Mais on se préoccupe beaucoup moins du papa.
Ce contre-coup est également arrivé à mon compagnon (beaucoup moins violent que le tien et aussi plus tôt). 4 mois après avoir accouché quand je commençais à remonter la pente, c'est lui qui a eu beaucoup d'interrogations : peur de me perdre, peur que je le quitte, triste de ne pas avoir été là dans les moments de ma vie (avant de le connaître) qui ont été douloureux... On en a beaucoup parlé, énormément même (des soirées entières à éteindre la tv, se poser et discuter uniquement). Et aujourd'hui, nous allons mieux. Le fait d'être de nouveau enceinte aide aussi même si je sais que les peurs et les doutes arriveront bientôt.
Je te souhaite beaucoup de courage et oui nos petits anges ne seront jamais oublié tant que nous seront là pour les faire vivre.
Mamange d'une petite Lola - MFIU le 20/09/17 à 36Sa et envolée le 22.09.17 💕
Bébé prévu en janvier 2019 avec déclenchement en décembre

Mapetiteplume2017
Messages : 611
Inscription : 31 janvier 2018, 19:14

Re: Une expérience et contre-coup fracassants

Message par Mapetiteplume2017 » 01 juillet 2018, 10:07

Bonjour Atticus, ton message est rempli d’amour et ta démarche est touchante, les papas se font rares effectivement et je suis contente que tu trouves ta place parmi nous... Nous, mamans, voyons nos maris rester fort pour nous soutenir et avons souvent peur que ce contre-coup arrive par la suite... Mais vous avez toutes les ressources pour remonter la pente également.
Les papas ont souvent moins de soutien de l’entourage, pour ma part je pense que c’est surtout qu’il va en chercher moins que moi, et quand on lui demande s’il va bien, il répond que JE vais mieux... Mais je sais qu’il fait son deuil de son côté aussi, à sa façon...
Je te souhaite beaucoup de courage en tout cas, douces pensées à ta petite princesse...
Sophie... 30 ans et Mam’Ange de ma petite plume de 25 S.A, envolée le 28/12/17 suite à une IMG.
En parcours FIV-DPI pour un bébé espoir ❤️

Vivre pour le bonheur de t’avoir connu,
Et non pour le malheur de t’avoir perdu...

Camilleb23
Messages : 22
Inscription : 21 juin 2018, 21:43

Re: Une expérience et contre-coup fracassants

Message par Camilleb23 » 13 juillet 2018, 12:03

C'est un témoignage touchant.
Nous avons perdu notre petite fille Il ya un mois à 7,5 mois de grossesse nous avons du faire ce choix difficile de ne pas lui donner une vie trop compliqué.
Un mois et voilà presque 15jours que mon compagnon est vide je crois Qu Il lâche prise mais.ne s'exprime pas .
Il ma demandé dernièrement detre seul il a besoin de s'occuper de lui seulement sans ce soucier de moi pour se reconstruite et comme il dit essayer de retrouver l'homme Qu il était avant.
Il dit Qu Il n a gout à rien ,Qu Il n a plus de sentiment Qu Il a peur de devenir un Roc et de ne pas réussir à être papa un jour.
Toutes ses paroles me brise le coeur l homme que j'aime est brisé et ne veut pas d aide et encore moins de la mienne .
Je sais qu un mois c'est tôt mais j'aimerai tellement l'aider et quelque part le retrouver et pouvoir lui apporter mon soutien qu Il ne veut pas.
Oui j'ai peur je peux le dire de perdre également mon compagnon après avoir perdu notre petite fille je ne sais pas comment notre couple va sen relever
Y a t'il d autre personnes comme nous je suppose que oui mais y en a t il qui sen sont sorti et qui survive à cette épreuve si douloureuse que la vie nous impose ...
Camille mamange de Victoire partie le 13 juin18 et née le 14 juin18
Nous t aimions déjà si fort avec ton papa

Emilie82
Messages : 129
Inscription : 04 mai 2018, 00:08

Re: Une expérience et contre-coup fracassants

Message par Emilie82 » 14 juillet 2018, 14:11

Bonjour , notre fils est décédé in utero a 6 mois de grossesses , première grossesses nous étions si heureux depuis le temps... Mais tout à basculer le 20 avril notre vie n'est plus la même le papa a était fort très fort même il a perdu son fils est à aussi faillit perdre sa femme a quelque minute près ... Le temps de mon hospitalisation il a était très courageux deux fois par jour il faisait les 40 km entre l'hôpital est la maison la nuit il rester avec moi nous étions dans le service maternité je vous dit pas la douleur d'entendre les bébés jours est nuit et nous on était là dans ce service sans bébé notre fil était dans une chambre froide un peu plus loin ...
Mon chéri à était magique je ne le remercier jamais assez d'avoir etait la je voyais sa force mais au fon il était malheureux et sa faisait mal de le voir comme sa je sait qu'il a fait sa pour moi mais à force d'être fort de prendre sur lui il se fatigué .quand nous somme rentré à la maison je ne l'ai pas reconue il était incapable de se poser ... Nous a avons beaucoup parler il ma dit que c'était trop dur que son fil lui manque et qu'il se serait tuer si j'était morte . Il a pété un câble .... car en fait il y a eu erreur médicale est personne nous a pris au sérieux .
Moi j'essaye de l'aider mais c'est difficile car il parle mais il garde beaucoup en lui je le vois souffrir est je peu rien faire alors que lui il ma aider ...
Nous avons changer de gynécologue sinon je sais pas si son bureau exsisterais encore .....
Est celle que nous avons vue lui a fait beaucoup de bien car elle a beaucoup parler avec lui il ne c'est pas sentie regeter comme avec l'autre .... Sa m'énerve car les papas sont souvent oublier dans des situations .
Mais voila plus les jours passes est plus je vois qu'il est pas bien il est toujours en arrêt il reprend en août mais il me dit qu'il n'a pas envie que c'est trop dur mais le médecin lui a dit que maintenant il faut passer à autre choses est qu'il doit reprendre . Je ne sais plus quoi faire pour l'aider est en même temps moi je ne vais pas bien donc difficile pour l'aider on prend tout les deux de l'homéopathie on ne veux pas être suivie est ni prendre de traitement .
Je me dit que c'est de ma faute si il est comme sa est plus rien ne sera jamais comme avant alors qu'on était si heureux .
Emilie maman d'un petit ange née à 29 sa première grossesses .
MFIU cause RCIU + HRP

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité