Page 3 sur 3

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 06 octobre 2019, 14:38
par MariEve
Coucou Sandrine,

Bienvenue parmi nous !

Cette crainte de ne pas me relever une nouvelle fois, je l'ai eue quand j'ai été au plus bas en fevrier où je me suis dit "c'est fini, je ne vois pas comment sortir de là" et là, je me vois sortir de ça... et il est possible pendant qu'on en parle, que mon questionnement sur une autre grossesse ensuite vienne de cette periode, car apres la naissance de Paul, on a décidé de ne pas remettre de contraception medicale en place, juste la methode du retrait qu'on savait potentiellement inefficace, mais on se laissait la place a une suprise. Depuis février on a fait de plus en plus attention, en veillant en plus a éviter la zone de l'ovulation. Et là, maintenant que je me sens bien mieux, je me dis que oui, on retentra plus tard, car je sens cette envie d'avoir un autre enfant, mais elle est douce, non pressante pour le moment, car mon besoin de tranquillité est bien plus fort. Je me suis dit avec amusement hier, en fait, je me fais une sorte de crise de la quarantaine en avance : besoin de me sentir femme, de profiter d'une certaine liberté retrouvée (apres 3ans 1/2 sans alcool, 20 mois aux restrictions toxo et tralala, 9 mois de bas de contention avec le spleen vestimentaire qui allait avec..).
Du coup, pour ma part, je m'autorise de vivre ce besoin actuel et de remettre a plus tard la suite de ma maternité si je dois en avoir une (oui, sur des choses comme ça, j'ai tendance a m'en remettre au "destin")

Si je te fais part de mon vecu sur ce point, c'est pour imager la question que je me suis posee en lisant ton message : "au fond, es-tu obligée de prendre une decision definitive actuellement concernant la maternité ? Ya-t-il moyen de s'autoriser des etapes variables, au fil de ton/votre vecu ? Si tu as besoin de cicatriser dans ton coeur avant qu'il regonfle pour un autre bébé, n'est-ce pas une bonne raison pour se laisser le temps qu'il te faut ?" (Oui, j'ai souvent des questions à étage ^^)

Et pour en revenir à la question : se releve-t-on a chaque fois qu'on tombe ? Je ne sais pas si on peut répondre a cette question, en tout cas pas avec certitude et pas pour les autres..
Mon point de vue est que si la vie nous donne a vivre quelque chose, c'est qu'on en est capable / autre angle de vue la dessus : je suis persuadée qu'on a tous un potentiel "force" en soi, et qu'il y a moyen d'aller le chercher (pas forcément seul, l'astuce aussi souvent se trouve dans les rencontres, les supports qu'on trouve, qu'on se permet).. ce qui me permet de penser que oui, il y a moyen de se relever autant de fois. A chaque fois, il faut en faire le choix et les conditions sont differentes. Mais je pense aussi qu'on ne peut pas eviter qu'un malheur nous tombe dessus (en mode "si c'est pas le malheur A , ca sera le malheur B), c'est pour ça que je prefere maintenant (ca n'a pas toujours été le cas) m'en remettre a la vie. Et plutot que vivre dans le regret, je préfère tendre vers mes objectifs de vie en respectant mes besoins, mes ressources et mes valeurs.

Je t'envoie plein de douces pensées..

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 07 octobre 2019, 21:23
par Sandrine08
MariEve a écrit :
06 octobre 2019, 14:38
Coucou Sandrine,

Bienvenue parmi nous !

Cette crainte de ne pas me relever une nouvelle fois, je l'ai eue quand j'ai été au plus bas en fevrier où je me suis dit "c'est fini, je ne vois pas comment sortir de là" et là, je me vois sortir de ça... et il est possible pendant qu'on en parle, que mon questionnement sur une autre grossesse ensuite vienne de cette periode, car apres la naissance de Paul, on a décidé de ne pas remettre de contraception medicale en place, juste la methode du retrait qu'on savait potentiellement inefficace, mais on se laissait la place a une suprise. Depuis février on a fait de plus en plus attention, en veillant en plus a éviter la zone de l'ovulation. Et là, maintenant que je me sens bien mieux, je me dis que oui, on retentra plus tard, car je sens cette envie d'avoir un autre enfant, mais elle est douce, non pressante pour le moment, car mon besoin de tranquillité est bien plus fort. Je me suis dit avec amusement hier, en fait, je me fais une sorte de crise de la quarantaine en avance : besoin de me sentir femme, de profiter d'une certaine liberté retrouvée (apres 3ans 1/2 sans alcool, 20 mois aux restrictions toxo et tralala, 9 mois de bas de contention avec le spleen vestimentaire qui allait avec..).
Du coup, pour ma part, je m'autorise de vivre ce besoin actuel et de remettre a plus tard la suite de ma maternité si je dois en avoir une (oui, sur des choses comme ça, j'ai tendance a m'en remettre au "destin")

Si je te fais part de mon vecu sur ce point, c'est pour imager la question que je me suis posee en lisant ton message : "au fond, es-tu obligée de prendre une decision definitive actuellement concernant la maternité ? Ya-t-il moyen de s'autoriser des etapes variables, au fil de ton/votre vecu ? Si tu as besoin de cicatriser dans ton coeur avant qu'il regonfle pour un autre bébé, n'est-ce pas une bonne raison pour se laisser le temps qu'il te faut ?" (Oui, j'ai souvent des questions à étage ^^)

Et pour en revenir à la question : se releve-t-on a chaque fois qu'on tombe ? Je ne sais pas si on peut répondre a cette question, en tout cas pas avec certitude et pas pour les autres..
Mon point de vue est que si la vie nous donne a vivre quelque chose, c'est qu'on en est capable / autre angle de vue la dessus : je suis persuadée qu'on a tous un potentiel "force" en soi, et qu'il y a moyen d'aller le chercher (pas forcément seul, l'astuce aussi souvent se trouve dans les rencontres, les supports qu'on trouve, qu'on se permet).. ce qui me permet de penser que oui, il y a moyen de se relever autant de fois. A chaque fois, il faut en faire le choix et les conditions sont differentes. Mais je pense aussi qu'on ne peut pas eviter qu'un malheur nous tombe dessus (en mode "si c'est pas le malheur A , ca sera le malheur B), c'est pour ça que je prefere maintenant (ca n'a pas toujours été le cas) m'en remettre a la vie. Et plutot que vivre dans le regret, je préfère tendre vers mes objectifs de vie en respectant mes besoins, mes ressources et mes valeurs.

Je t'envoie plein de douces pensées..
Merci Marie Ève.
La Nature a décidé pour Apolline, elle décidera pour la suite. Je ne prends pas de contraception ( pour le moment ça ne me sert vraiment à rien) d'ailleurs C’est un autre sujet mais comment faites-vous pour reprendre les câlins (je n’y arrive pas)
Bref mon mari me dit un autre enfant arrivera quand on sera prêt moi je dis on verra je laisse la vie reprendre le
Dessus et décider.
Bisous à toutes.

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 08 octobre 2019, 14:58
par MariEve
Je trouve que c'est une tres belle philosophie !
J'aime bien penser ça aussi.. mais je n'arrive pas a laisser faire la nature pour le moment (ça n'est pas ma seule contradiction interne 🙃)

Pour les calins, je n'ai pas de conseil a te donner, on ne s'est jamais posé la question. Cette fois j'ai fait partie de celles qui ont ressenti un besoin fort de faire l'amour quasiment dès l'accouchement. Ça n'a pas été possible le 1eres semaines ou mois, je ne sais plus trop.. a cause des saignements et des douleurs. Ma psy m'avait dit que c'etait une pulsion de vie qui était tout a fait positive.
Mais tu vois, rien n'est permanent. Depuis qu'on a pris cette décision de se garder quelques mois pour souffler et se re-booster avant d'envisager une nouvelle grossesse, mon corps* rebute a la chose (ce qui me surprends et m'interroge sur le bien-fondé de notre decision du coup) [* pas mon esprit !]

Je dirais que pour ça comme pour le reste, il est bon de faire comme on le sent. Si c'est trop tot pour toi, laisse toi du temps. Vos retrouvailles n'en seront que plus belles.
Et puis, en matière d'intimité, il n'y a pas que l'acte sexuel, tu es peut etre dans une periode où axer sur la sensualité au sens large te serais benefique ?

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 04 décembre 2019, 22:20
par MariEve
Allez.. petite mise a jour puisque je sens que ça bouge en moi ce sujet d'une autre grossesse...
Ces derniers temps, je me surprends a penser a une future grossesse.. je crois que l'envie revient a bas bruit. Je crois que je commence a me penser de nouveau capable de m'investir dans un nouveau bebe, je commence a retrouver des ressources en moi, je suis bien plus calme, plus apaisee, je fais de plus en plus confiance en la Vie.. je me sens sur un bon chemin.
Toujours pas de decision "allez, on le fait", il est fort possible qu'on ne soit pas vraiment prets pour le moment.. je sens que mon homme a besoin de se recentrer encore, que le travail se fait chez lui. Bref, on n'est pas murs, mais j'ai la sensation qu'on murit...

J'avais envie de poser ca ici, parce que je suis contente de me sentir plus apaisee a ce sujet, je sens que j'ai franchi une etape supplementaire..

To be continued..

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 05 décembre 2019, 10:01
par *Victoria*
💕

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 03 mai 2020, 19:12
par lza85
Bonjour à toutes,

Même si ce post date un peu, je me permets de vous rejoindre (en espérant ne pas vous déranger) car tout ce que vous dites résonne en moi et rejoint les questions que je ne cesse de me poser depuis quinze jours, sans parvenir à y répondre (c'est sans doute trop tôt) ni trouver quiconque à qui en parler.

Je vais me présenter rapidement. J'ai 35 ans et je suis la maman de trois petites filles en pleine forme de 7, 4 et 2 ans et demi. J'ai fait une fausse-couche avant chacune de mes grossesses, avec à chaque fois un scénario différent (oeuf clair avant la première, GEU avant la deuxième, fausse-couche précoce "banale" avant la troisième). Mes trois grossesses ont été angoissantes, avec une séroconversion de la toxoplasmose en début de grossesse pour ma deuxième, une menace d'accouchement prématuré pour les trois à sept mois et des bébés de moins de trois kilos à chaque fois qui naissent avec un mois d'avance. En janvier, nous avons découvert que j'étais enceinte pour la quatrième fois (ou la septième...mais jusqu'à présent, j'occultais plutôt mes trois fausses-couches) et nous étions évidemment très heureux. J'ai été très suivie: écho de contrôle à 5sa, écho de datation à 8sa, 1ère écho à 12sa+3 où tout allait parfaitement bien, tri-test impeccable. Malgré tous ces contrôles rassurants, j'étais folle d'angoisse, sensation que j'ai rencontrée à chacune de mes grossesses, à chaque fois plus aiguë, et cette fois au point que c'était invivable...A 17sa, je me suis rendue chez ma sage-femme pour le rendez-vous de suivi du 4e mois, mon gynécologue n'assurant que les consultations urgentes en ce moment. Elle n'a pas réussi à trouver le coeur du bébé et m'a donc envoyée faire une échographie en urgence, qui a révélé que la grossesse s'était arrêtée. J'ai donc été hospitalisée pour déclencher le travail et j'ai accouché 36h après. D'après ce que nous ont dit les médecins, la grossesse a dû s'arrêter entre 12 et 13 sa. Nous n'aurons sans doute aucune explication car l'embryon était trop petit pour qu'une autopsie puisse être pratiquée et il était mort depuis trop longtemps pour que l'examen du cordon et du placenta puisse révéler quoi que ce soit. Aucune malformation n'était visible à l'oeil nu, selon la sage-femme. J'ai contracté le COVID début mars (à l'époque où personne n'en parlait encore...) et c'est une des pistes envisagées pour expliquer cette fausse-couche mais c'est une simple suspicion qui ne pourra malheureusement pas être démontrée.

Quand j'ai appris la nouvelle, je me suis dit que plus jamais je ne voulais être enceinte; après l'accouchement et dans les premiers jours qui ont suivi mon retour à la maison, j'étais convaincue de vouloir retenter l'aventure; plus le temps passe et moins je parviens à savoir ce que je veux. Je me prends à regarder mes trois filles et à me dire qu'on est bien à cinq, avec trois enfants en bonne santé... Mon conjoint, qui était plutôt réticent à l'idée d'avoir un quatrième, voit cette nouvelle grossesse comme une évidence, si bien que les rôles sont inversés...

A l'heure actuelle, mes interrogations portent autour de trois questions principales, qui, toutes, ne trouveront pas de réponses, je le sais.
La première, c'est la question de la cause de cette fausse-couche: le COVID (et la fièvre qui l'accompagne) est-il une explication suffisante? Si non, faut-il faire le lien avec mes trois autres fausses-couches, qui ont toujours été traitées par les médecins comme des événements isolés puisque suivies par une grossesse à terme ensuite et qui continuent à l'être puisque l'hôpital me renvoie vers mon gynéco habituel pour une simple visite post-natale cette fois-ci? A chaque fois, on m'a dit que c'était la "faute à pas de chance" et qu'il n'y avait pas de raison que cela se reproduise. Et pourtant...La récurrence et la fréquence (une fois sur deux) m'interrogent beaucoup. S'il y a une corrélation entre ces quatre fausse-couches, impossible à établir, est-ce que ça ne risque pas d'être pire? Mon corps parviendra-t-il toujours à détecter une éventuelle anomalie? Faut-il prendre le risque de jouer avec le feu ou vivre cette quatrième fausse-couche comme un avertissement et profiter à fond de nos trois puces en mesurant la chance que l'on a, sans désirer davantage? (Je ne veux blesser personne, j'ai bien conscience de mon bonheur et c'est ce qui me permet d'avancer tous les jours... Quand je lis vos parcours, j'admire votre courage et votre force !). Les médecins écartent cette question comme n'ayant pas lieu d'être et n'envisagent pas de faire d'examens complémentaires mais, malgré leurs paroles rassurantes, je porte cette incertitude.
Deuxième question: le contexte sanitaire actuel. Puisqu'on ne sait pas si on peut attraper le COVID plusieurs fois et puisque ce virus est soupçonné de pouvoir être source de complications pour les femmes enceintes, malgré les discours officiels rassurants, est-il raisonnable (je parle de mon point de vue et ne juge absolument personne) d'envisager une nouvelle grossesse maintenant, alors qu'on n'a aucun recul sur la maladie? On pourrait remettre notre projet à plus tard mais personne ne sait quand ce virus va partir, j'ai déjà 35 ans et nous souhaitions que notre fratrie ne soit pas trop étalée dans le temps... Est-ce que la prudence doit l'emporter sur le schéma idéal que l'on s'était imaginé?
Troisième question (la plus compliquée pour moi): suis-je prête à revivre l'angoisse d'une nouvelle grossesse, alors que les quinze semaines qui viennent de s'écouler ont été parmi les plus éprouvantes de ma vie ? Et en même temps, j'ai, pour la quatrième fois, la preuve que stresser ne sert à rien puisque l'inévitable ne peut être évité quand il doit se produire... Je vais peut-être vous choquer et moi-même j'ai du mal à l'admettre et je m'en veux parfois de penser ça mais, d'un certain point de vue, l'arrêt de cette grossesse est un soulagement car il met fin à des semaines d'une angoisse indescriptible et incontrôlable. J'ai pris rendez-vous avec une psychologue pour chercher à expliquer cette angoisse et l'atténuer mais aussi pour ne pas la communiquer à mes filles lorsqu'à leur tour, elles seront en âge de devenir mamans. Je pense qu'avoir banalisé et occulté mes fausses-couches précédentes a été une erreur mais le discours de tous était à la dédramatisation: ça arrive à tout le monde, tu es jeune, tu as déjà un, deux enfants etc...

Faut-il faire encore une fois confiance à la nature et se lancer dans l'aventure sans penser au pire, sans réfléchir et le plus vite possible? Prendre le temps de peser le pour et le contre (mais a-t-on toutes les clés en main pour le contre)? Juste se laisser le temps de profiter de l'instant et de notre bonheur à cinq sans penser à demain? Pour l'instant, je suis vraiment perdue. Je sais juste que si on me livrait un bébé tout fait sur le pas de ma porte, j'en serais absolument ravie mais que vivre une nouvelle grossesse m'apparaît comme une épreuve insurmontable...

Je me doute que vous ne pouvez pas répondre à mes questions mais je ne sais vraiment pas avec qui en parler autour de moi car les gens font comme si cette grossesse n'avait jamais existé, je n'ai de nouvelles de personne, mes parents qui sont les seuls à m'appeler n'abordent jamais le sujet ou quand ils le font le minimisent... On en a beaucoup parlé avec mon compagnon au départ mais, pour lui, la vie a repris ses droits plus vite que pour moi car la grossesse était encore très abstraite pour lui...

Je suis désolée pour ce long mail-fleuve...et je vous remercie de l'avoir lu jusqu'au bout !

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 03 mai 2020, 23:53
par MariEve
Bonjour Iza85,

Je suis desolee de te savoir dans cette situation.. et oui, evidemment que tu es la bienvenue ici !! Je suis contente si tu as pu trouver un echo dans ce qui s'est dit ici, je sais que ca ne fait pas tout, loin de là, mais ca peut faire un peu de bien de se sentir moins seule.

Rien de ce que tu dis la ne m'a choquee, absolument pas... je te comprends, meme.
Je ne suis pas sure que quelqu'un d'exterieur a toi puisse repondre a tes questions, de mon simple recul personnel, j'oserais dire que c'est en m'en remettant a la vie que ce genre de question s'effrite... et qu'au final je ne sais plus si j'ai appris a vivre avec ou qu'elles sont devenues mineures avec le temps.

Apres, je veux bien te dire ce que m'inspirent ces 3 points qui te sont importants, ne prends que ce qui te vas et oublie le reste, car je ne fais que penser par ecris et je ne suis pas toi.

Cette recherche de cause, ce doute "tous nos 'echecs' peuvent-ils etre liés ?"... ca m'a pourri la tete de longs mois.. jusqu'au jouŕ où j'ai choisi de croire 'betement' ce que le corps medical me disait, de croire l'assurance que j'ai vue chez la geneticienne qui m'a parue convaincue qu'ils ne trouveraient aucun lien... parce qu'entre ça et rester dans le doute, c'est bien plus confortable ; parce que rester dans le doute ne ramenera pas mes bebes, et que ca ne permet pas de projeter du positif sur le futur.
Alors... est ce qu'il ne vaut mieux pas s'arreter là ? Ca c'est le temps passant et mon deuil se faisant que cette question s'est apaisee... de la ou je suis, je dirais que tant qu'il y a de l'ambivalence et que la question se pose, bah c'est que l'envie d'un autre ptit bebe est la.. mais tant que la peur est trop forte, c'est que les emotions sont mobilisees a autre chose pour le moment. Et l'idee d'eviter de se provoquer une autre future catastrophe en s'empechant de tomber enceinte... ca je l'ai detourné avec ma consideration du destin, depuis petite je me dit que si une epreuve de vie doit se presenter, elle viendra peu importe sa forme (probleme de santé, accident exteireur ou domestique, problemes financiers... pour soi ou ceux du foyer), alors ca ne me rend pas parano parce que je me refuse a imaginer reellement chaque scenario, mais je me dis que si la vie veut nous mettre a l'epreuve, elle n'a pas besoin qu'on tombe enceinte pour ca... et que le passé ne dirige pas le futur quand on ne l'y projete pas 🤞🤞
Alors, oui, ne voulant pas prendre de decision sur oui ou non on relance une autre grossesse, j'ai pris le parti de profiter a fond de mon fils et de notre bonheur a 3 a la maison, ne serait-ce que pour lui.

Pour ce qui est du contexte sanitaire, c'est clair que c'est epineux... j'ai souvent lu que si un bebe s'accorche dans le bidou, c'est l'occasion de se dire que ca devait etre le bon moment et ca ira...
Pour nous la situation est tout a fait ironique ..comme tu l'as peut etre vu, mon amoureux et moi avons avancé en quinconce et ne nous sentions pas pret en meme temps...bah voila, je crois qu'il est enfin pret, au moment où je vais devoir essayer de maintenir a flot mon boulot : apres presque 1 an d'arret maladie, 4 mois de reprise a mi temps et 4 mois enfin de retour a temps plein, voila les 2 mois de fermeture a cause de l'epidemie... autant dire que si on veut compter sur mon revenu et si je veux un congé maternité correct, il faudra un bien meilleur bilan... apres, pour nous, notre projet de famille a eclaté depuis longtemps, mes enfants vivants ne seront jamais d'age rapproches, alors il n'y a plus d'urgence a ce sujet.

Et pour ta question d'etre capable d'encaisser de nouveau le stress d'une grossesse... alors ca je n'en sais rien !! C'est d'ailleurs ce qui freinait mon homme jusqu'a present, parce que derriere c'est lui qui me ramasse a la ptite cuillere. J'imagine que ca se voit sur le tas... et puis on ne peut pas imploser de stress de toutes facons ;-)

Alors comment faire avec tout ca ? Vois au fond de toi-meme ce qui t'amene de l'apaisement, ne serait-ce qu'une bribe ou une pensee d'apaisement :
attendre avant de te poser la question,
relancer une nouvelle grossesse rapidement,
relancer une nouvelle grossesse plus tard,
ne plus se poser de question et clore le chapitre des grossesses.
Et garde a l'esprit que tu as le droit de passer de l'un a l'autre selon où en sont tes emotions, et tout le monde sait que ca bouge pas mal dans le cadre d'un deuil.

Je me suis un peu eloignee du forum ces derniers temps, mais tu vois, quand je recois un message, je reponds.. alors si tu as besoin de causer, je suis la !

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 04 mai 2020, 12:35
par lza85
Chère MariEve,

Je te remercie de ton long message. Ca me fait du bien de pouvoir en parler car je me sens bien seule ces derniers temps. J'ai tout à fait conscience qu'on est très heureux et qu'on est chanceux de ne pas avoir vécu pire que ça mais, même si ça me permet d'accepter sereinement l'arrêt de cette grossesse, ça ne suffit pas toujours à apaiser mes doutes et mes angoisses. Je sais que mes questions ne trouveront sans doute que des réponses incomplètes, voire pas de réponse du tout, et que seul le temps m'apprendra à faire avec. Tes paroles m'aident beaucoup car je m'y retrouve quand je suis capable de réfléchir tranquillement....
J'admire beaucoup ta force et ta sérénité et te remercie de ton soutien. Je ne me permets pas de commenter ta situation et tes interrogations quant à une nouvelle grossesse car j'ai peur d'être maladroite sans le vouloir... Je te souhaite de grands moments de bonheur et des fous-rires nombreux avec ton conjoint et ton petit garçon!

Re: On verra si on essaie à nouveau ou pas...

Publié : 05 mai 2020, 14:56
par MariEve
Oh je t'en prie Iza85 !

Oui, on trouve toujours des exemples pour se dire "il y a plus malheureux".. pourquoi pas, tant que ça n'est pas une sorte d'interdiction à son propre malheur.
Comme tu le dis, ça me donne l'impression que parce que tu trouves des raisons d'être heureuse (et c'est super !!) tu n'aurais pas le droit d'être en meme temps malheureuse de tes drames de maternité... et bien si, les deux ont le droit de co-exister et je pense que c'est aussi ce qui donne un drôle d'effet (pas marrant du tout)
Alors quand tout semble s'embrouiller (ce qui se passe dans les angoisses souvent), pourquoi pas essayer de permettre a chaque ressenti de co-exister, sans jugement ? Je sais que ce n'est pas facile comme exercice au prime abord, mais de ma petite experience, je le trouve pas mal du tout !

Merci beaucoup pour tes compliments ! Tout a fait modestement, je pense que chacune étant ici fait preuve de force et que la sérénité revient après quelques étapes de deuil... aussi je te souhaite de te sentir ainsi prochainement, car ça n'est pas réservé aux autres, on est toutes là pour ça ;-)

Pour ma situation, ne te prives pas de me partager ton avis s'il t'en vient l'envie. Je pars du principe que tout point de vue est bon à entendre, après, a chacun de voir ce qui résonne en lui lors de l'ecoute... je sais prendre ou laisser en fonction de ce qui résonne en moi et ai décidé de ne pas me blesser des maladresses des autres depuis longtemps ;-)

Merci pour tes souhaits, ce sont effectivement des moment magiques que je savoure pleinement... et je t'en souhaite tout autant !!