Les phrases qui blessent

melimeloo
Messages : 28
Inscription : 26 mars 2019, 13:14
Localisation : Maine et Loire

Re: Les phrases qui blessent

Message par melimeloo » 20 mai 2019, 20:45

Bonsoir à Toutes,

Ce soir, une autre illustration des phrases qui blessent.
Comme toutes ces petites remarques, je ne l'ai pas vue venir, je suis restée abasourdie, j'ai répondu puis me suis tue devant l’entêtement de mon interlocuteur.

Pourtant, mon interlocuteur était ma Maman, qui elle aussi a été touchée par le décès de sa petite fille. J'étais pourtant très fière de lui avoir démontré comme le deuil périnatal est complexe, et tabou, et éternel. Mais ce soir, il y a eu un retour à zéro... Notre conversation tourne dans ma tête depuis deux heures, je suis déçue. Je ne lui en veux pas, mais je suis déçue car je faisais un pas vers elle, et sa remarque a clairement fermé la porte. Voici notre conversation.

Je lui parle de l'avant première de "Et je choisis de vivre" suivi d'un débat animé par l'association Souvenange. Je lui ai envoyé le lien par mail et voulais lui proposer qu'on y aille ensemble. N'habitant pas dans le même département, je vais voir ce film une première fois cette semaine, en pensant y aller une seconde fois avec ma mère.

Elle me dit : j'ai lu le résumé, tu me diras si c'est bien. La maman (Amande dans le film), elle a perdu son enfant à quel âge ? C'est la même histoire que toi ?
Moi : elle a perdu son enfant à 9 mois de vie je crois, en tout cas durant la première année de vie.
Elle : Ah... Donc ce n'est pas la même histoire que toi quand même.
Moi : Ben si, elle a perdu son bébé. C'est le thème du film. On a perdu un enfant, et c'est notre vie d'après, comment on s'en relève.
Elle : Oui mais ce n'est pas comme toi. Son bébé, elle a vécu avec.
Moi, qui la coupe immédiatement : C'est la perte d'un enfant, c'est la même chose pour moi (je ne me suis pas lancé dans une argumentation, j'ai bien senti que ce n'était pas le moment, par téléphone).
Elle : Il faut que tu acceptes qu'on ne pense pas la même chose. Ce n'est pas la même chose, je pense que si tu perdais ton fils aujourd'hui (il a 3 ans) tu ne réagirais pas pareil, tu trouverais que ce n'est pas la même chose.
Moi, non encline à débatre : c'est la perte d'un enfant, c'est la même chose. Toutes les Mamanges pensent comme nous (mon mari et moi).
Elle (et là c'est le coup de massue...) : Il faut que tu arrêtes de te sentir appart des autres, tout le monde ne pense pas comme toi et ne se pose pas autant de questions. :o :o :shock: :oops:
Et là j'ai radicalement changé de sujet et écourté l'appel téléphonique.

Je ne lui en veux pas car c'est ma Maman, et je pense que derrière ses propos blessants, il y a en fait une grande inquiétude de voir sa fille ne pas se relever de cette épreuve. Je sais qu'en relatant cette discussion ici, je l'expose à des remarques blessantes.
Il y a encore deux semaines elle a eu une oreille très attentive à mon cheminement, c'est pourquoi je suis très déçue de ses propos aujourd'hui. Je pense que je le lui dirai.

Le retentissement émotionnel qu'entraine la perte de notre enfant n'est pas lié au nombre de semaine de grossesse ou de semaines de vie. Dès lors que nous le considérons comme notre enfant, l'amour est présent, sans mesure possible, sans comparaison possible avec un aîné vivant.

Merci de votre écoute sur ce forum, j'avais besoin de relater cette conversation pour essayer qu'elle ne tourbillonne plus dans ma tête... :cry: mais ce n'est pas le cas, ça tourne toujours !

Alexandra.
Maman de Félix, né en mai 2016, en bonne santé.
Mamange de Daphné, née sans vie le 04.03.2019 suite IMG, à 30 SA pour cause d'hypoplasie ponto-cerebelleuse.

Lily3108
Messages : 207
Inscription : 06 mars 2019, 11:55
Localisation : Loire Atlantique
Contact :

Re: Les phrases qui blessent

Message par Lily3108 » 21 mai 2019, 07:15

Coucou Alexandra,

Je découvre ton message... et je suis sans voix. Je suis tellement désolée pour toi.

La maladresse de nos proches est difficile à accepter c’est évident... surtout quand ils « essayent » de faire de leur mieux pour nous comprendre... sauf qu’en fait ils ne peuvent pas.

Même ta maman, même tes amis les plus proches, et même si j’ose dire nos maris (bien qu’ils aient quand même une bonne idée de la douleur), personne hormis une autre mam’ange n’imagine ce tsunami émotionnel et charnel qui nous submerge...

Moi aussi j’ai eu le droit à cette horrible remarque « il valait mieux maintenant, il n’a pas vécu, tu ne l’as pas connu... » ET ALORS?!

C’est évident que ce n’est pas le nombre de semaines de grossesse ou de vie de notre enfant qui détermine l’ampleur de notre chagrin. C’est notre enfant dès le moment où on l’a su et où on lui a apporté tout notre amour. On a projetté cette vie avec lui et c’est ça qui est dur.

Ce moment de faiblesse de ta maman a dû être très dur, et pourtant... il y en aura tant encore. On doit se forger une carapace pour ne pas écouter ça. Tu sais au fond de toi ce qu’il en est et surtout tu sais bien que tu n’es pas anormale. On ressent toutes la même chose pour nos bébés donc rassure toi.

Courage encore. Et oui parles lui a ta maman, dis lui qu’elle t’a vraiment blessée..

Bises!


melimeloo a écrit :
20 mai 2019, 20:45
Bonsoir à Toutes,

Ce soir, une autre illustration des phrases qui blessent.
Comme toutes ces petites remarques, je ne l'ai pas vue venir, je suis restée abasourdie, j'ai répondu puis me suis tue devant l’entêtement de mon interlocuteur.

Pourtant, mon interlocuteur était ma Maman, qui elle aussi a été touchée par le décès de sa petite fille. J'étais pourtant très fière de lui avoir démontré comme le deuil périnatal est complexe, et tabou, et éternel. Mais ce soir, il y a eu un retour à zéro... Notre conversation tourne dans ma tête depuis deux heures, je suis déçue. Je ne lui en veux pas, mais je suis déçue car je faisais un pas vers elle, et sa remarque a clairement fermé la porte. Voici notre conversation.

Je lui parle de l'avant première de "Et je choisis de vivre" suivi d'un débat animé par l'association Souvenange. Je lui ai envoyé le lien par mail et voulais lui proposer qu'on y aille ensemble. N'habitant pas dans le même département, je vais voir ce film une première fois cette semaine, en pensant y aller une seconde fois avec ma mère.

Elle me dit : j'ai lu le résumé, tu me diras si c'est bien. La maman (Amande dans le film), elle a perdu son enfant à quel âge ? C'est la même histoire que toi ?
Moi : elle a perdu son enfant à 9 mois de vie je crois, en tout cas durant la première année de vie.
Elle : Ah... Donc ce n'est pas la même histoire que toi quand même.
Moi : Ben si, elle a perdu son bébé. C'est le thème du film. On a perdu un enfant, et c'est notre vie d'après, comment on s'en relève.
Elle : Oui mais ce n'est pas comme toi. Son bébé, elle a vécu avec.
Moi, qui la coupe immédiatement : C'est la perte d'un enfant, c'est la même chose pour moi (je ne me suis pas lancé dans une argumentation, j'ai bien senti que ce n'était pas le moment, par téléphone).
Elle : Il faut que tu acceptes qu'on ne pense pas la même chose. Ce n'est pas la même chose, je pense que si tu perdais ton fils aujourd'hui (il a 3 ans) tu ne réagirais pas pareil, tu trouverais que ce n'est pas la même chose.
Moi, non encline à débatre : c'est la perte d'un enfant, c'est la même chose. Toutes les Mamanges pensent comme nous (mon mari et moi).
Elle (et là c'est le coup de massue...) : Il faut que tu arrêtes de te sentir appart des autres, tout le monde ne pense pas comme toi et ne se pose pas autant de questions. :o :o :shock: :oops:
Et là j'ai radicalement changé de sujet et écourté l'appel téléphonique.

Je ne lui en veux pas car c'est ma Maman, et je pense que derrière ses propos blessants, il y a en fait une grande inquiétude de voir sa fille ne pas se relever de cette épreuve. Je sais qu'en relatant cette discussion ici, je l'expose à des remarques blessantes.
Il y a encore deux semaines elle a eu une oreille très attentive à mon cheminement, c'est pourquoi je suis très déçue de ses propos aujourd'hui. Je pense que je le lui dirai.

Le retentissement émotionnel qu'entraine la perte de notre enfant n'est pas lié au nombre de semaine de grossesse ou de semaines de vie. Dès lors que nous le considérons comme notre enfant, l'amour est présent, sans mesure possible, sans comparaison possible avec un aîné vivant.

Merci de votre écoute sur ce forum, j'avais besoin de relater cette conversation pour essayer qu'elle ne tourbillonne plus dans ma tête... :cry: mais ce n'est pas le cas, ça tourne toujours !

Alexandra.
Emilie
Maman de notre Juliette née en 2014 et pleine de vie 💞
Mam’ange de notre petit Clément - 22/03/2019 ✨💙👼
Maman de Victoire, petite arc en ciel née le 14/02/2020 en pleine santé 💕🌈

https://clementpetitprinceetoile.home.blog/

Baab
Messages : 298
Inscription : 29 mai 2018, 06:57
Localisation : Orleans

Re: Les phrases qui blessent

Message par Baab » 21 mai 2019, 07:28

Y a t il une echelle de la douleur suivant le deuil ? Est on moins triste de perdre son mari au bout d 1 an que de 30 ans... est on de plus en plus triste au fure et a mesure de la croissance d un enfant...
Cest ce que la remarque sous entends alors que, cest chacun son rythme , son vecu, ses armes.
Tu peux lui dire quelle tas blessé ( parce que ca minimise notre douleur qui est grande.) Mais je ne pense pas que ca vaille le.coup d en reparler, c est le genre de discution ou chacun reste sur sa position...
Mamange de louna dcd a 38 sem le 8.05. 2018 suite a une rupture uterine non diagnostiquée.
Fc le 25.03.19 a 7 sem
Fc le 18.09.19 a 10 sem et 2e rupture uterine.
Syndrome AntiPhosphoLipide obstetrical ( auto anticorps responsables de pb de coagulation)

vega174
Messages : 520
Inscription : 22 juin 2018, 08:51

Re: Les phrases qui blessent

Message par vega174 » 21 mai 2019, 08:52

Melimeloo je suis désolée pour toi de la réaction de ta maman.

Je pense que les parents qui n'ont pas perdu d'enfant ne se rendent pas compte. Et en fait, tant mieux pour eux... expérimenter cette douleur est terrible. Sils ne la comprennent pas, cest qu'ils ne l'ont pas vécue. Tant mieux. Ils restent avec leur innocence. Toi tu le sais. Nous nous le savons.
Mes parents ont perdu une petite fille à 20 mois. Et je sais qu'ils me comprennent. Ils ne m'ont jamais dit que moi c'était différente parce que je n'ai pas connu ma fille. Ma maman était désolée que nous ayons à vivre ce deuil. Presque 1 an après, j'en parle encore avec eux parfois.

On ne peut pas se battre avec tout le monde pour faire comprendre nos vécus. Nous savons ce que nous ressentons. Et cest l'essentiel. Il suffit d'avoir une ou deux personnes ressource qui seront la toujours à nous écouter. Le reste ne devrait pas nous atteindre.

J'espère que tu arriveras à discuter avec ta maman. A bien lui faire comprendre.
Maman de Joshua né le 17 février 2015
de Amos né le 17 décembre 2016
et de Hanaé, née sans vie le 28 mai 2018
Ezéchiel né le 1er septembre 2019.

melimeloo
Messages : 28
Inscription : 26 mars 2019, 13:14
Localisation : Maine et Loire

Re: Les phrases qui blessent

Message par melimeloo » 21 mai 2019, 11:39

Bonjour à Toutes,

Je vous remercie de vos réactions, ça fait du bien :)

Et effectivement, comme tu le soulignes également Émilie, nos maris peuvent eux aussi dévier vers des remarques déplacées.

C'est très cliché de dire ça, mais c'est la réalité : "c'est un vécu de femme".
Maman de Félix, né en mai 2016, en bonne santé.
Mamange de Daphné, née sans vie le 04.03.2019 suite IMG, à 30 SA pour cause d'hypoplasie ponto-cerebelleuse.

Lily3108
Messages : 207
Inscription : 06 mars 2019, 11:55
Localisation : Loire Atlantique
Contact :

Re: Les phrases qui blessent

Message par Lily3108 » 21 mai 2019, 12:24

Je suis sure qu'ils ne font pas exprès, mais oui... malgré leur plus beau soutien et leur propre deuil, malheureusement ils n'ont pas ce "vécu" du charnel que seule, une femme, ressent lorsqu'elle porte en elle la vie, et lorsqu''elle devient maman. Et ce n'est pas un cliché ;)
Difficile pour eux d'imaginer ce côté là. Même si mon mari est d'un soutien exceptionnel, il est parfois maladroit aussi parce que simplement démuni de ressenti..

Courage Alexandra, on est là.

Bises à toutes
melimeloo a écrit :
21 mai 2019, 11:39
Bonjour à Toutes,

Je vous remercie de vos réactions, ça fait du bien :)

Et effectivement, comme tu le soulignes également Émilie, nos maris peuvent eux aussi dévier vers des remarques déplacées.

C'est très cliché de dire ça, mais c'est la réalité : "c'est un vécu de femme".
Emilie
Maman de notre Juliette née en 2014 et pleine de vie 💞
Mam’ange de notre petit Clément - 22/03/2019 ✨💙👼
Maman de Victoire, petite arc en ciel née le 14/02/2020 en pleine santé 💕🌈

https://clementpetitprinceetoile.home.blog/

Lylou
Messages : 98
Inscription : 28 février 2019, 02:00

Re: Les phrases qui blessent

Message par Lylou » 21 mai 2019, 15:07

Ton message me fait penser à une discussion que j'ai eu avec ma mère.

Un jour, je pleurais quelques jours après l'img et là ma mère me dit "mais pourquoi tu pleures ça ne les ramènera pas de toute façon!!!"

J'ai été absourdie et triste. Je lui en voulais tellement!!!

Et mon mari lui en a parler. Et elle s'est excusée. Elle a dit qu'elle ne supportait pas de me voir souffrir et que c'était dur pour elle en tant que maman de me voir dans cet état.

Aujourd'hui, elle est plus douce et elle fait plus attention même s'il y a encore des fois quelques maladresses😥

Mais je pense que cet img affecte d'une façon différente nos mamans et du coup ça rend certaines maladroites.
FC à 8sa le 25/10/17
Mam'ange de jumeaux nés sans vie le 18/02/19 à 26sa
" Je vous aime tellement mes doux et jolis petits anges"

melimeloo
Messages : 28
Inscription : 26 mars 2019, 13:14
Localisation : Maine et Loire

Re: Les phrases qui blessent

Message par melimeloo » 21 mai 2019, 16:54

Lylou, je suis d'accord avec toi, c'est la maladresse de personnes voulant nous aider et ne supportant pas de nous voir souffrir.

J'en ai parlé à ma psy aujourd'hui, elle m'a expliqué que nos mamans peuvent être dans un mécanisme de défense, c'est pour cela qu'elles essaient de "relativiser la situation", ou ne pas la considérer dans toute son ampleur comme nous le faisons. Effectivement, même si nos mamans ne nous le font pas savoir, ce sont certainement des Mamies qui souffrent et ne veulent pas en rajouter à notre peine en exprimant la leur.
C'est aussi pour cela que je voulais aller voir Et je choisis de vivre avec elle. Mais c'est peu être encore un peu tôt.

Douces pensées à nos petites étoiles :)
Maman de Félix, né en mai 2016, en bonne santé.
Mamange de Daphné, née sans vie le 04.03.2019 suite IMG, à 30 SA pour cause d'hypoplasie ponto-cerebelleuse.

Baab
Messages : 298
Inscription : 29 mai 2018, 06:57
Localisation : Orleans

Re: Les phrases qui blessent

Message par Baab » 21 mai 2019, 17:04

Cest aussi parce quils esperent que l on aille mieux. Mon pere n arrete pas de me demander qd je retravaille. Jai fini par me mettre en colere. Mais retravailler pour lui , voudrait dire que je vais mieux...
Mamange de louna dcd a 38 sem le 8.05. 2018 suite a une rupture uterine non diagnostiquée.
Fc le 25.03.19 a 7 sem
Fc le 18.09.19 a 10 sem et 2e rupture uterine.
Syndrome AntiPhosphoLipide obstetrical ( auto anticorps responsables de pb de coagulation)

melimeloo
Messages : 28
Inscription : 26 mars 2019, 13:14
Localisation : Maine et Loire

Re: Les phrases qui blessent

Message par melimeloo » 22 mai 2019, 12:06

Baab, même chose avec mon Papa aussi. Il avait peur que je me retire de la vie sociale car je n'allais plus au travail.
Maman de Félix, né en mai 2016, en bonne santé.
Mamange de Daphné, née sans vie le 04.03.2019 suite IMG, à 30 SA pour cause d'hypoplasie ponto-cerebelleuse.

Répondre