Page 1 sur 1

deuil de la maternité après IMG et PMA

Publié : 13 janvier 2016, 09:16
par cleindori
Bonjour,

J'avais raconté un bout de mon histoire sur le précédent forum...J'ai eu besoin de faire une pause avant de revenir poster ce sujet.
Mon IMG a eu lieu le 21 avril 2015 à 26 semaines . J'ai accouché d'un petit garçon : Merlin, notre enchanteur.
Merlin fût notre combat pendant 7 ans , 7 ans de souffrances entre chirurgie, traitements, FIV, IAC, transfert d'embryons congelés. Lorsque je suis tombée enceinte à 42 ans, nous étions au bout du rouleau.Enfin un miracle se produisait! Grossesse sous haute tension, j'ai été arrêtée très vite car décollement placentaire mais notre bébé tenait bon. Le couperet est tombé à la deuxième écho: Merlin était porteur de la maladie d'Appert , 1 cas sur 100 000. Dans notre cas , pas de soucis génétique mais la faute à pas de chance!
Je ne vous dit pas la haine que nous avons éprouvée. Une forme grave et avancée. Notre choix a été l'univers pour lui et non pas l"enfer d'une vie terrestre.
Nous avons pu retenter une FIV avant mes 43 ans . Rien. Aujourd'hui, je n'ai plus rien. Juste le devoir de faire le deuil de mon fils et de cette maternité que je n'aurai jamais.
Comment faites vous pour avancer ?
J'ai repris le boulot en septembre avec difficultés. Maintenant je vais mieux avec moins de passages à vide. Nous essayons d'apprécier les moments à deux et les moments présents. Je me fais plaisir et essaye de trouver une certaine paix. Nous faisons des petits projets weekend etc...car la vie continue. J'arrive même à écouter les conversations des collègues enceintes....de là à tenir un nourrisson dans mes bras????Je ne pense pas être prête.
Merci de votre attention et nombreuses pensées à tous ces anges qui nous manquent tant.
Cleindori.

Re: deuil de la maternité après IMG et PMA

Publié : 16 janvier 2016, 15:40
par valite
Bonjour,

Tu as peut-être déjà lu mes messages ici ou sur l’ancien forum. Je partage un parcours qui ressemble au tien par certains points.
J’ai choisi comme tu l’as dit de m’investir dans de nouveaux projets. Ce sont des choses simples incomparables au projet d’avoir un enfant. Ils me permettent d’avancer, me projeter. Ils m’ont permis de reprendre goût à la vie. Même si je n’aurai pas d’autres enfants, la vie mérite encore d’être vécue et me réserve encore de belles découvertes. Aujourd’hui, je n’ai plus le sentiment de renoncer.

Je n’ai pas avancé dans cette situation d’un seul coup. J’ai progressé petit à petit. J’ai eu besoin de temps pour ressentir le plaisir que j’ai maintenant à faire ces choses.
J’ai rencontré (ce n’est pas fini !) diverses difficultés :
-Un travail sur moi. Deuil de la vie rêvée avec enfants. J’ai demandé de l’aide à une psychologue.
-Retrouver de nouveaux projets ou reprendre ceux que l'on avait peut-être écartés.
-Trouver du soutien dans le chemin pris. Peu de personnes m’encouragent dans mon chemin. Soit les personnes esquivent la conversation soit elles croient nécessaire de raconter x récits de couples qui ont eu malgré tout un enfant après un parcours comme le mien.
-Trouver sa place. Je me sens un peu extra-terrestre parfois… Peu de personnes de mon âge ont mon mode de vie, mes centres d’intérêt.
-Reconstruire sa vie à deux.

Je t'envoie plein de courage.

Valérie

Re: deuil de la maternité après IMG et PMA

Publié : 22 janvier 2016, 16:15
par cleindori
Bonjour Valite,

Merci pour ta réponse ,j'ai l'impression que ce sujet reste non pas tabou mais difficile pour beaucoup car au delà de la perte de nos enfants, il y a cette perte définitive, ce deuil de maternité que beaucoup esquivent et ne peuvent accepter.
Chaque personne trouve un exemple "miraculeux" de femme ayant eu un enfant sur le tard.....oui...mais pas toujours. De plus, nous subissons cet échec,notre choix de départ était différent et cela "perturbe" les autres.
Personnellement, notre choix était clair: un enfant biologique sinon rien.Cet enfant devait être notre histoire familiale, je désirais cette continuité avec nos cellules.
Mais la vie en a décidé autrement.
J'essaye de m'écouter et de faire comme je le sens. Ce n'est pas simple, une poussette, un berceau et tout me renvoie à ce que j'ai perdu.
J'essaye de tenir le choc, notamment pour mon fils disparu, je suis persuadée qu'il ne voudrait pas voir sa maman comme cela.
J'ai tatoué son prénom sur mon poignet,c'est rédempteur...il est avec moi et je l'ai dans la peau.
je pense que nous essayons tous de trouver des solutions pour avancer...
Pour le moment j'essaye ( beaucoup d'essais!!!) de me projeter dans le plaisir de vie et profiter....de désacraliser ce projet d'enfant.
Merci encore pour tes quelques mots.
Que notre vie soit belle.
Stéphanie.

Re: deuil de la maternité après IMG et PMA

Publié : 22 janvier 2016, 17:14
par valite
Bonjour Stéphanie,

[j'ai l'impression que ce sujet reste non pas tabou mais difficile pour beaucoup car au delà de la perte de nos enfants, il y a cette perte définitive, ce deuil de maternité que beaucoup esquivent et ne peuvent accepter.
Chaque personne trouve un exemple "miraculeux" de femme ayant eu un enfant sur le tard.....oui...mais pas toujours. De plus, nous subissons cet échec,notre choix de départ était différent et cela "perturbe" les autres.]

Effectivement, les autres sont gênés: ne pas avoir d'enfant ne correspond pas au modèle. Ils croient nous soutenir au travers de ces récits. J'ai longtemps ressenti de la culpabilité dans le sens "moi je dis stop, ça veut dire que je suis moins courageuse que ces couples, une moins bonne mère, je ne suis pas faite pour avoir des enfants....". Il n'en est rien.
De plus, les autres et nous mêmes pensons que la seule solution pour vivre voire survivre d'abord est d'avoir un autre enfant. Accepter la perte puis accepter l'idée de ne pas en avoir d'autres est ........... simplement inconcevable.

[Personnellement, notre choix était clair: un enfant biologique sinon rien.Cet enfant devait être notre histoire familiale, je désirais cette continuité avec nos cellules.]

L'idée d'adopter ne me dérange pas. Je me sens capable d'aimer un enfant qui ne serait pas mon enfant biologique. Par contre, aujourd'hui je dis non car je n'ai pas envie de me justifier sur mes capacités à être mère (non pas que je trouve anormal que les procédures soient ainsi faites, il est normal de vérifier plein de critères pour confier un enfant) et je n'ai pas non plus envie de ma lancer dans une longue procédure avec des hauts et des bas dont l'issue peut être incertaine (j'ai l'impression de parler d'autre chose!!!)

[Mais la vie en a décidé autrement.]
Oui, C'est ainsi. Avoir un enfant est un processus naturel mais pas systématique. Je l'ai accepté. C'est en partie une raison qui fait qu'aujourd'hui je n'essaie plus d'avoir des enfants (alors que je n'ai pas atteint l'âge fatidique). J'ai mis longtemps à accepter. Un revers de la PMA. Parfois je compare la PMA à une sorte de drogue. J'ai l'impression d'avoir été obligée de faire une cure, j'étais addict! ma vie et mon esprit étaient rythmés par le PMA. Par contre, grâce à la PMA, j'avais déjà ouvert la porte sur "une possibilité de vie sans enfant" mais à l'époque je l'avais très vite refermée!

[J'essaye de m'écouter et de faire comme je le sens. Ce n'est pas simple, une poussette, un berceau et tout me renvoie à ce que j'ai perdu.]
J'essaie de faire la différence entre les enfants que j'ai perdus et ceux que je ne pourrai pas avoir. Ce sont pour moi deux démarches différentes.

[J'essaye de tenir le choc, notamment pour mon fils disparu, je suis persuadée qu'il ne voudrait pas voir sa maman comme cela.
J'ai tatoué son prénom sur mon poignet,c'est rédempteur...il est avec moi et je l'ai dans la peau.
je pense que nous essayons tous de trouver des solutions pour avancer...]

Oui chacun doit trouver ces petits quelques choses qui permettent de marquer la présence de nos enfants disparus et ces choses qui permettent d'avancer sans enfants.

[Pour le moment j'essaye ( beaucoup d'essais!!!) de me projeter dans le plaisir de vie et profiter....de désacraliser ce projet d'enfant.
]
Moi je n'ai même pas essayé de penser en terme de plaisir au début. J'ai juste repris des activités que je faisais avant (sans enfant dans la tête à l'époque). Puis avec le temps, le plaisir est revenu.

Bien à toi

Valérie