Page 1 sur 1

Comment accepter ?

Publié : 06 novembre 2015, 17:03
par -Marie-
Bonjour,

Petit sujet sur la difficulté à accepter cette décision qu'est l'IMG. Plus les jours passent et moins j'y arrive (je pensais que ce serait le contraire...). Comment accepter d'avoir signé ce papier pour que notre bébé s'en aille ? En plus du deuil de ne jamais plus avoir mon bébé dans les bras, je me retrouve à devoir faire face tous les jours à cette décision qui me hante. Et la cicatrice sur mon ventre de la seringue à l'origine de l'injection mortelle est là pour me le rappeler tous les matins et tous les soirs.
Une amie m'a dit aujourd'hui qu'il était temps que j'accorde moins de poids aux dates (car un couple d'amis très proche attend un bébé pour l'année prochaine à la date de ma dpa) et que je commence mon travail de deuil... Là où c'est difficile pour moi, c'est que ce travail de deuil est d'autant plus dur que c'est moi qui ai pris la décision d'arrêter le coeur de mon bébé.
Et qu'il est difficile de composer avec ce sentiment de solitude et de ne pouvoir parler à personne dans mon entourage...en me rendant compte un peu plus tous les jours qu'ils ne comprennent pas ce qu'on a vécu et que, 7 mois plus tard, je suis censée aller mieux...

Pensées
Marie

Re: Comment accepter ?

Publié : 08 novembre 2015, 16:05
par valite
Bonjour Marie,

Vivre avec le deuil de son enfant c’est comme tu le dis vivre avec cette impossibilité de voir grandir son enfant mais c’est aussi vivre avec la culpabilité d’avoir signé un accord pour l’IMG pour certaines, pour d’autres c’est d’avoir contracté tel ou tel virus, pour d’autres d’avoir fait telle ou telle choses qui a entrainé la mort de son enfant…… Le deuil c’est un ensemble de choses.

Parfois cette culpabilité se renforce car cela apparait comme « une solution » pour « faire revenir son enfant » (= si je n’avais pas fait cela alors je n’aurai pas accouché prématurément, si je n’avais pas accepté l’IMG alors mon enfant serait encore en vie).
Parfois aussi, cette culpabilité est aussi une façon de trouver « un coupable » pour déverser toute notre colère et/ou tristesse.
Ce sont des processus bien compréhensibles.

Nous avons toutes un deuil à mener et que pour chacune d’entre nous la culpabilité est présente sur ce chemin. Le sujet de culpabilité est différent mais les sensations sont les mêmes. Dans tous les témoignages de mères que j’ai pu lire, quelle que soit la cause du décès j’ai toujours lu dans leurs mots une part de culpabilité.
Avancer dans son deuil c’est accepter que son corps ait failli, que les lois de la nature aient été plus fortes que la médecine…
7 mois ce n’est pas si long que ça. Il est vrai aussi qu’exprimer des sentiments tels que la culpabilité est essentiel pour ne pas qu’ils empêchent d’avancer, pour ne pas s’enfermer dedans. Ce sont des sujets que l’on peut aborder avec une psychologue entre autres. Les personnes de l'entourage ne sont pas toujours les mieux placées pour nous écouter et nous guider dans notre réflexion.

Bien à toi
Valérie

Re: Comment accepter ?

Publié : 08 novembre 2015, 18:32
par babychou29
Coucou Marie,

Que je te comprend, pour moi cela à fait 8 mois le 04/11/2015 et je suis également rongée par cette culpabilité. Il me semble que tu m'avait dit que tu avais le numéro d'une psy que tu n'arrivais pas à tél, peut être cela est t'il nécessaire... J'ai cru que je pourrai gérer et que la tristesse et la culpabilité étaient passagèrement aussi forte et qu'avec le temps cela s’atténuerait mais ça n'est pas du tout le cas bien au contraire. J'ai enfin appelé la semaine dernière la psy pour prendre rendez vous et j'aurai mon 1er rendez vous avec elle le 20/11, on verra bien mais cela ne pourra pas me faire du mal et puis j'espère que cela m'aidera aussi pour ma nouvelle grossesse en cours dans laquelle je ne me sens absolument pas épanouie comme pour les précédentes.

Je t'envoi pleins de bisous et pleins de courage.

Nadège

Re: Comment accepter ?

Publié : 08 novembre 2015, 18:41
par mary29
Coucou marie..

Juste pour pt te guider... Récemment la psychologue que je vois m'a conseillée de ne plus expliquer le départ de mon bébé avec la phrase " j'ai eu une img ". Je n'ai pas de suite compris où elle voulait en venir... Puis elle m'a expliqué, qu'à chaque fois que je formulais cette phrase je venais crier m'a culpabilité ....d'avoir eteind la petite vie de mon bébé ( et pourtant il n'était malheureusement pas viable ).
Je croyais alors ne pas être prise de culpabilité, je me disais ....au moins c'était plus facile et pourtant ...il semble que non... Alala ce cerveau ;).

Alors je vais travailler à son précieux conseil et je dirai à présent " j'ai eu un enfant ou j'ai perdu un bébé " mais sans plus y associer le terme img.

Bisous à vous toutes

Re: Comment accepter ?

Publié : 09 novembre 2015, 20:15
par Naby
Bonjour à toutes,

Ça fait pour moi un peu plus de 5 mois que j'ai perdu mon bébé suite à une IMG. Si au début je ne culpabilisais pas j'ai maintenant, parfois, des moments difficiles. Cependant je sais que cette décision je l'ai prise pour libérer ma fille. Nous prenons toutes cette terrible décision pour que nos enfants n'aient pas une vie de souffrance.
J'ai également 3 cicatrices de l'interruption sur mon ventre, elles me rappellent que j'ai porté mon bébé 35 semaines et que je l'ai libérée d'une vie de souffrance.

Je fais de EMDR, une technique qui m'aide beaucoup dans les blocages suite au décès de ma petite fille. Je vous conseille vivement cette technique ainsi que le soutien d!un psy spécialisé dans le deuil périnatal. Ils ont les mots justes que notre entourage n'a pas et nous aide à prendre un peu de recul.

Et puis l'entourage est bien "gentil" mais nous seules savont où nous en sommes et à quel rythme avancer.

Beaucoup de douceur et d'amour aux mamanges et à vos étoiles.

Re: Comment accepter ?

Publié : 11 novembre 2015, 02:26
par Pat38
Marie.

Accèpter, c'est pas dis que ce soit possible... se retrouver à choisir du droit de vie de son propre bb, c'est pas un choix de couleur de veste....
on se dit toujours et si.....
Personnellement j'accepte pas d'avoir eu à prendre cette décision avec Virginie pour notre bb, mais que faire d'autre quand on pense que c'était le mieux pour l'enfant...
Des amis avec toute sorte de bons conseils aussi j'en ai...
Faut pas rester dans le passé, faut passer à autre chose etc etc etc.
Moi tout ce que je dis, c'est que celui ou celle qui n'y est pas passé ne peux pas comprendre (et je ne leur souhaite pas non plus)....

Prend ton temps et tu feras "avec" cette décision avec du temps.

Sur la partie IMG qu'on a vécu pour Nathanael ce qui me "console" aujourd'hui dans un sens, c'est que si le bb avait été en bonne santé, ça aurait énormément compliqué les choses quelques mois plus tard au moment de l'hospitalisation de ma chérie. Ceci dit j'accepte pas pour autant d'avoir perdu le petit (et j'accepterai jamais)

Re: Comment accepter ?

Publié : 17 novembre 2015, 01:13
par Aline24
Bonsoir Marie,

Comme beaucoup de monde ici, je partage ton sentiment de culpabilité. Cela a fait 1 an ce 14 novembre que nous avons perdu notre première fille Emma à 33 SA. Il y a un an je tenais pour la dernière fois ma fille dans les bras et quand j'y pense, comme toi, comme vous, je ne peux m'empêcher d'avoir une part de culpabilité. C'est assez étrange car je suis convaincue au fond de moi que nous avons pris la décision qu'il fallait pour Emma et en même temps je me surprends à culpabiliser parce qu'au fond pour moi je lui ai fait du mal en prenant cette décision. Ce choix qu'aucun parent ne devrait avoir à faire..
Garde au fond de toi que cette décision n'est pas uniquement la tienne. Toute ces équipes pluridisciplinaires ont débattu sur nos histoires, ces équipes qui ont cherché dans les moindre recoins pour nous apporter le plus d'éléments possibles afin que notre choix soit éclairé. Sans ces équipes et leur consentement, notre décision n'aurait pas été valide.

Il est tout à fait normal que tu ressentes de la peine, de la peur, de la haine, de la colère, de l'incompréhension...Il est tout à fait normal que tu pleures ton enfant. Cela fait 7 mois. Le travail de deuil n'est pas linéaire, cela prend du temps. Nous devons apprendre à vivre avec cette perte, cette moitié de nous-même qu'il nous manquera toute notre vie.
Ce travail c'est des vagues d'émotions qui viendront puis repartiront de temps à autre.
Dans 5 ans, 10 ans et même 30 ans nous penserons toujours à nos Anges partis beaucoup trop tôt et à cette injustice que la vie nous a faite et à cette décision que nous n'aurions jamais dû avoir à prendre.. Qui nous empêchera d'avoir des larmes dans 20 ans..? Personne, parce que c'est normal.

Je ne sais pas si tu vois une psychologue, mais personnellement je te le conseille.
L'entourage ne fait pas tout, parce qu'ils ne sont pas neutre, parce qu'en voulant nous réconforter quelque fois ils nous blessent, parce que quelque fois on se dit que ça fait 100 fois que l'on répète la même chose et qu'on va finir par les mettre mal à l'aise, parce que quelque fois ils nous font ressentir "qu'il faudrait passer à autre chose" parce que ça ne leur semble pas normal. Pour toutes ces raisons, un psychologue est d'une grande aide.
Tu pourras lui parler librement, tu pourras lui dire tes craintes, ta douleur, ta peine, ta colère...il te donnera de précieuses cartes.

Il y a une vidéo de Mr Fauré Christophe sur "les dimensions du deuil" que j'ai trouvé vraiment réconfortante. Comme il le dit si bien...parler de notre histoire, parler de notre enfant dans notre cas, 1 fois, 10 fois, 200 fois...à quoi ça sert? Cela sert à user la charge émotionnelle.
Lorsque je parle de ma fille quelque fois je vois bien que les gens ne sont pas très à l’aise. Mais moi si j’en parle c’est que je le suis…
Ma fille a existé et elle continuera d’exister à travers mes mots.
Même si quelque fois c’est difficile à admettre, grâce à elle je suis devenue Femme et je suis devenue Mère…Je l’ai choyé comme j’ai pu pendant ces 33 SA, je lui ai parlé, je lui ai expliqué l’inexplicable, je lui ai demandé pardon des milliers de fois…Je lui ai demandé un miracle…J’ai choisi ces premiers et derniers habits.
J’ai accouché dans la souffrance comme des milliards de femmes dans ce monde et je suis fière de l’avoir fait parce que c’est le seul moment que j’ai pu maîtriser dans cette histoire. Je l’ai tenu dans mes bras plusieurs heures, je l’ai trouvé tellement jolie... Je l’ai bercé, je lui ai dit que nous l’aimions si fort... Cela fait maintenant partie de notre histoire de vie et chaque jour est un petit pas de plus..

Cette décision que tu as prise pour ton enfant c'était un acte d'Amour.

Je t’envoie toutes mes pensées les plus tendres pour toi et ton Ange.
Aline