Soizic, ma fille, notre histoire

Blu53
Messages : 348
Inscription : 24 mai 2018, 17:20

Soizic, ma fille, notre histoire

Message par Blu53 » 13 juin 2018, 17:58

Voilà, j'ai commencé à écrire notre histoire, celle de ma fille. Mais avant d'écrire la grossesse, j'ai écris l'attente de celle-ci, car pour moi ça fait autant partit de son histoire que la grossesse. Pour le moment j'ai fini d'écrire l'attente mais bloque encore un peu sur l'écriture de la grossesse, car je revis chaque émotion en l'écrivant.

Voici l'histoire de ton attente, Soizic :
"En Novembre 2012, j’arrête la pilule. Ca y est, ton papa souhaite devenir papa, moi j’attendais qu’il le soit depuis quelques temps déjà. Mais peu importe, on se lance enfin dans la grande aventure. Malheureusement, ce n’est pas si simple que ça pour moi de tomber enceinte car j’ai un souci aux ovaires. Mes cycles durent en moyenne 4 mois, parfois 6 mois, donc forcément, en ovulant que 2-3 fois par an, nos chances sont réduites. Au bout de 6 mois d’essai, je vais consulter ma gynécologue. Elle me fait passer des examens et me donne un traitement pour ovuler. Elle ne sait pas trop quoi nous dire sur ce qui se passe et nous, nous essayons encore et encore d’avoir notre petit bébé.

En 2015, après 2 ans d’essai avec cette gynécologue, nous décidons d’aller prendre un autre avis professionnel. Nous allons à R. (1h de route) dans un centre PMA. Dès le premier RDV, le diagnostic tombe, mes ovaires sont polykistés … le chemin sera long pour t’avoir dans nos bras. La gynécologue me donne de l’acide folique (complément alimentaire non-remboursé) pour aider mon corps à fonctionner correctement et me demande en parallèle de perdre du poids. Nous la revoyons 6 mois plus tard, j’ai perdu 6 kilos et mes cycles se réduisent à environ 3 mois, c’est plutôt encourageant. Je continue avec l’acide folique mais elle rajoute en plus un médicament pour ovuler (*****). Mes cycles continuent à varier mais globalement sont inférieur à 4 mois, mais toujours pas de bébé … C’est difficile de vouloir à tout prix une chose et de ne pas réussir … on se pose 36milles questions ! Pourquoi n’arrivons-nous pas à avoir d’enfant ? Est-ce que c’est parce que Dieu pense que nous serons de mauvais parents ? Tant de questions auxquels nous n’avons pas de réponse…

Je désespère tellement que je deviens incapable d’aller acheter un test de grossesse. A chaque fois c’est pareil, je vais en acheter un pleine d’espoir, le lendemain matin ou le week-end je fais pipi dessus. Ton papa est toujours là, à tourner en rond dans l’appartement, en attendant la réponse. Vient ensuite l’inquiétude et les doutes pendant quelques minutes et puis le désespoir de voir le négatif. Nerveusement, je n’en peux plus de voir c’est « négatif » et n’arrive donc plus acheter des tests de grossesse. Ton papa prend alors le relais et c’est lui qui s’en charge à chaque fois. Pour ma part, à chaque fois que nous avons un doute que je sois enceinte, je m’emballe. Et quand il a acheté le test, je ne veux plus le faire, persuadé qu’il sera négatif … et ils le sont tous les uns après les autres …

Cette attente pèse sur notre couple, nous vivons des moments difficiles, de doute … alors, début 2016, nous mettons de côté les essais bébé durant quelques mois, en attendant d’y voir plus clair. Durant ce temps, je commence un nouveau travail, un CDI, j’ai tout à apprendre sur mon poste et ça me prend du temps. Quelques mois après, fin 2016, nous sommes prêts à nous battre à nouveau pour t’avoir, à supporter les allers-retours à R., les examens, les traitements, l’attente, le désespoir du test négatif … on va y arriver !

Nous retournons voir la spécialiste à R. et je reprends les traitements, plus motivé que jamais. Le traitement me fatigue physiquement et l’attente joue sur mon moral, mais nous tenons. Au cours de l’année 2017, mes cycles deviennent de plus en plus régulier, ils sont de 40-45 jours … mais toujours pas de bébé. A chaque règle qui arrive, et à chaque test de grossesse négatif, je pleure ton non-existence. Tu n’existais pas encore mais tu nous manquais déjà. On t’attendait avec tellement d’impatience, nous avions tellement d’amour à te donner.
Cette année-là, le 18 Mars 2017, lors d’un week-end à E., ton papa me fait sa demande en mariage !! Eh oui, enfin, ça aussi je l’attendais depuis un moment. Nous étions partis quelques jours pour se changer les idées, nous avions loué une cabane dans les arbres. Nous étions comme deux enfants, émerveillé devant cette cabane et un peu apeuré pour ma part à cause de la hauteur. Il a attendons que nous soyons au Cap d’E., assis sur un rocher à admirer le paysage pour me demander de devenir sa femme. C’était merveilleux, sa demande était faite à notre image, et bien sûr, j’ai dit oui !! Nous prévoyons de nous marier en 2019, car en 2018, il y a déjà ma sœur qui se marie. Secrètement, nous espérons aussi très fort que tu arriveras dans nos vies avant fin 2018 et sera à nos côtés pour notre mariage.

2017, c’est également l’année de nos 10 ans de rencontre ! Tu te souviens ma chérie, je t’ai raconté comment papa et maman se sont rencontrés le 1er Novembre 2007. Eh oui, c’était déjà il y a 10 ans ! Alors pour marquer le coup, nous nous organisons un voyage d’une semaine à Marrakech en Septembre 2017. C’était nos premières vacances à l’étranger. Nous avons adoré cette ville, on a vu tellement de chose, on en a pris pleins les yeux. On s’est promis d’y retourner un jour, avec nos enfants, mais avant, nous irons également visiter d’autres pays. Après-tout, il y a tellement de lieu à voir dans ce monde et si peu de temps pour tout voir !
2017, c’est aussi l’année où maman reçoit des félicitations à son travail et où papa signe son CDI. Vraiment cette année 2017 était au top pour nous … il ne nous manquait plus que toi pour que le bonheur soit total … Tu avais dû le comprendre car tu es arrivé juste avant la fin de l’année !

En revenant de Marrakech, mi-septembre, toujours pas de petit bébé dans mon ventre, malgré des cycles réguliers avec le traitement et une échographie de contrôle pour vérifier que j’ovule en milieu de cycle. Nous revoyons donc la gynécologue de R. le 23 Octobre, j’en suis au 39ème jour de mon cycle mais je ne pense pas avoir encore ovulé. Si j’ai raison, cela signifie que ce mois-ci le traitement n’a pas fonctionné … j’en suis triste. Elle me parle de changer de traitement et de passer à l’étape supérieure : des injections (piqures) d’hormone au lieu du médicament à avaler. Mais cela suppose de pouvoir venir régulièrement à R. le matin. Avec mon travail qui commence à 7h30 s’est compliqué… je suis dépité, déboussolé, désespéré … mais mon envie de devenir maman est plus important que mon travail.

Elle me donne une prise de sang à faire pour vérifier où j’en suis dans mon cycle. Si j’ai déjà ovulé, on attend à voir si mes règles viennent et si oui, on continue sur ce traitement. Si je n’ai pas encore ovulé, alors je prends un médicament pour déclencher mes règles et on augmente la dose du traitement. Elle me dit on se revoit dans 3 mois si vous n’êtes pas enceinte et on passera alors aux injections …

Je fais cette prise de sang le 25 octobre et elle indique que je n’ai pas ovulé … oh misère, je suis terriblement triste, je vais devoir augmenter les doses de ce traitement qui me fatigue. Je vais à la pharmacie chercher le ***** (pour déclencher les règles) mais ne le prend pas tout de suite. En effet, le 1er Novembre, avec ton papa on fête nos 10 ans de rencontre et je n’ai pas envie de prendre ce médicament-là à ce moment-là ! Alors j’attends un peu, quelques jours.
Nous fêtons nos 10 ans de rencontre avec ton papa, on passe une soirée romantique. On pense à toi, on espère que tu ne tarderas pas à venir nous rejoindre. Et puis je prends ce fameux médicament.

Mes règles doivent arriver aux alentours du 17-18 Novembre, je les attends et me prépare psychologiquement à augmenter la dose de mon traitement. Mais le 17 Novembre, Rien … le 18 Novembre, rien non plus … Je ne comprends pas ce qui se passe, je me dis que ça y est, même ce médicament-là ne veut plus fonctionner sur moi … Mais comment je vais faire s’il ne me déclenche plus mes règles ?? On se calme … peut-être que ça va mettre un peu plus de temps cette fois-ci, on décide d’attendre à voir une semaine avant de contacter la gynécologue.
Au fil des jours qui passent, je me pose 36milles questions : et si ? Et si contre toute attente tu étais là ? J’ai des symptômes : fatigue, poitrine tendu et douloureuse, nausée … mais j’ai aussi ces symptômes quand j’attends mes règles, alors j’essaie de ne pas me faire de film. J’en parle tout de même à ton papa de mes doutes … ça me trotte dans la tête… Je fini par convaincre ton papa d’aller acheter un test de grossesse, ne serait-ce que pour être sûr, au cas où … On attend que le week-end arrive, c’était le délai qu’on c’était fixé, on se dit je fais le test samedi et lundi j’appelle la gynécologue pour lui dire que le médicament n’a pas déclencher mes règles.

Arrive le samedi 25 novembre, je n’ai plus envie de faire le test de grossesse en me levant … Je me dis que ça ne sert rien, c’est encore moi qui psychote, que je ne peux pas être enceinte … j’ai mal à mon cœur, je suis déçu du résultat négatif avant même d’avoir fait pipi sur le test… mais je me force tout de même à le faire ce test, comme ça on sera fixé, mais je n’y crois pas … Alors je fais le test et le pose … je le laisse poser quelques minutes et attends sans trop attendre quoi que ce soit … Pendant ce temps, ton papa est resté au lit, à moitié réveillé, il sait que je suis en train de faire le test et il a peur … peur d’une nouvelle déception ! Comme à chaque fois que je fais un test, nous sommes dans le silence, incapable de parler, redoutant le fameux « négatif » … A chaque résultat négatif, je viens ensuite me glisser dans les bras de ton papa et je pleure … alors il comprend que c’est pas encore pour maintenant !

Mais ce 25 Novembre, les choses sont différentes … je vais reprendre le test pour voir le « négatif » affiché et là …. SURPRISE … le test est positif ! Selon le test, je suis enceinte … mais non, ce n’est pas possible ?? Je n’y crois pas, je suis sous le choc … je ne dis rien, je reste bouche bée devant ce test et me rend compte que j’ai même coupé ma respiration … Respire … Bouge … Fais quelque chose … Je me rends dans la chambre et allume la lumière … je regarde ton papa, les larmes se mettent à couler le long de mon visage et je reste sans voix, je ne dis rien … juste je le regarde ! Quand j’ai allumé la lumière, il a voulu protester mais quand il a vu ma tête … son coeur a fait un bond dans sa poitrine … « serait-ce possible que ?? »
Il me dit : Chérie, qu’est-ce qui se passe ? Je lui montre le test que je tiens dans ma main et il me dit : tu es enceinte ? Non ? Je fais oui d’un signe de tête et le rejoins …

On en revient pas, on est sous le choc … ENFIN je suis enceinte … ENFIN tu es là notre petit amour … On est tout excité … tellement heureux … c’est le plus beau jour de notre vie !
Vite, on se dépêche, on s’habille et on file au laboratoire d’analyse pour confirmer ma grossesse par une prise de sang. Il faut qu’on soit sûr, pas de place pour le doute, nous avons besoin d’une confirmation ! Tôt ce matin-là, je fais la prise de sang et on attend toute la matinée que le résultat arrive par mail. Pendant ce temps, on se prépare, nous sommes attendus le midi à R. pour fêter l’anniversaire de ton cousin. On espère avoir le résultat avant, mais on ne dira rien pour le moment à la famille, il va falloir contenir notre joie !
L’attente est interminable, on en peut plus, on a envie de sauter de joie, de le crier sur tous les toits, mais non, on se contient, on attend ! Et voilà, juste avant de partir pour R., je reçois ce fameux mail, nos cœurs battent à la chamade … j’ouvre le document joint … OUI, il confirme que je suis enceinte … A priori de 3-4 semaines … j’aurais donc finalement ovulé contre toute attente fin Octobre / début Novembre !! Nous sommes aux anges, ma chérie, de te savoir au chaud dans mon ventre. A ce moment-là, nous ne savions rien de toi mais nous t’aimions déjà tellement si fort."

Voilà Soizic pour la première partie de ton histoire. Bientôt je te raconterais la suite, quand tu as grandit en moins avant de finalement partir si vite vers un ailleurs.
Lucy, Mamange de Soizic née sans vie le 24/04/18 à 26SA+6
Le temps n'endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit - George Sand
Maman de Ysée - née le 10/03/19 - baby hope 😍

nane29
Messages : 389
Inscription : 31 mai 2018, 17:02

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par nane29 » 14 juin 2018, 14:14

Bonjour Blu,

Ton texte me touche beaucoup. Je vois à quelle point votre petite Soizic était temps attendu dans votre petit foyer.
Vous avez eu beaucoup de courage jusque là et encore aujourd'hui la vie vous demande un courage énorme afin de surmonter cette épreuve.
Comme quoi la vie est vraiment injuste et nous fait subir de lourdes épreuves...
J'en ai les mots coupés !

Pleins de courage à toi et ton homme, que l'avenir soit vraiment meilleur pour vous
et Tendre pensée à nos petits anges
Mamange d'une petite princesse <3 Maëleen <3 Née le 20/05/2018 (23 sa+2) 🖤 Tu me manques mon bébé 🖤

Ann312
Messages : 530
Inscription : 22 février 2018, 16:27

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par Ann312 » 14 juin 2018, 16:16

Que d'émotion de te lire.. Je ressens tout l'amour de votre famille.
J'ai eu besoin aussi d'écrire à mon fils et de raconter son histoire. Ca m'a fait tellement de bien de poser des mots sur nos sentiments et nos émotions.
Je sais que votre histoire ne se termine pas comme nous l'aurions toutes souhaitées, mais j'attendrai la suite de cette histoire si joliment racontée..
Tendres pensées à ta puce.. 💕
Anne,
Maman de Tom, notre petit coeur né sans vie le 1er mars 2018.. 💕
Et de Maxence, notre arc en ciel né le 7 mars 2019 💙

Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis - Victor Hugo

Blu53
Messages : 348
Inscription : 24 mai 2018, 17:20

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par Blu53 » 15 juin 2018, 16:28

Merci les filles pour votre soutien et vos encouragements.
Oui ça fait du bien d'écrire son histoire, de poser des mots comme tu dis, mais c'est pas facile.
En écrivant je revis les émotions du moments, ça du bien et en même temps mal ...

J'ai écris une partie de la suite, toute petite partie, jusqu'au 1 mois et demi de grossesse. Je la mets dans le post suivant.

Grosses pensées pour nos anges
Lucy, Mamange de Soizic née sans vie le 24/04/18 à 26SA+6
Le temps n'endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit - George Sand
Maman de Ysée - née le 10/03/19 - baby hope 😍

Blu53
Messages : 348
Inscription : 24 mai 2018, 17:20

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par Blu53 » 15 juin 2018, 16:37

Durant ces 5 années, j’ai vu mes sœurs, ma belle-sœur, mes amies tombées enceinte et avoir leurs bébés. J’ai toujours été contente pour elles, mais en même temps j’avais ce petit pincement au cœur, car nous, nous ne t’avions pas encore. A chaque repas de famille, nous avions droit aux taquineries : « c’est quand votre tour ? Vous allez vous décider à avoir des enfants ? » Cela me faisait mal mais ce n’était pas volontaire de leur part, il ne savait pas que nous avions des difficultés à te concevoir. Alors un jour où je n’en pouvais plus d’entendre ces questions et remarques, j’en ai parlé à ma maman. Mamy a écouté nos difficultés et compris pourquoi je ne voulais plus entendre ce genre de question. Je n’ai pas eu besoin de le dire à d’autres personnes, ta mamy est une grande commère et en peu de temps, tout le monde dans la famille savait que nous avions des difficultés à te concevoir. Alors, les questions ont cessées, ou changé seulement, pour certain, avec délicatesse il nous demandait où on en était dans notre parcours. Mais cette fois, ça y est, nous allons enfin vivre l’aventure de devenir parent.

La première personne à qui nous annonçons ta présence, c’est ma meilleure amie. Le jour même que nous avons su, je l’ai appelé, sur la route en allant à R.. Elle a sauté de joie, elle était tellement heureuse pour nous. Elle va avoir du mal à tenir sa langue et ne pas le crier sur tous les toits … et elle est impatiente de faire ta connaissance.

Ce jour-là, nous allons donc à R. pour fêter l’anniversaire d’un de tes cousins. Sur la route, on s’encourage mutuellement à tenir notre langue, à ravaler nos trop grands sourires. Il ne faut pas se faire « griller », c’est trop tôt … On se méfie surtout de mon frère, ton tonton JP est très malin et a toujours griller mes deux sœurs sur leur grossesse et parfois avant les 3 premiers mois ! Mais je dispose de 2 avantages : je ne bois pratiquement jamais d’alcool et je suis difficile au niveau alimentaire. De ce fait, personne ne tilt quand je refuse de prendre un apéro alcoolisé et personne ne remarque que je boude la charcuterie (ne sachant pas si je suis immunisé contre la toxoplasmose, je ne tente pas). Personne ne nous pose de questions, ne semblant pas remarquer nos sourires béats, ouff...
Le reste du week-end, nous sommes sur notre petit nuage, nos cerveaux sont en ébullition : Est-tu une fille ou un garçon ? Quand et comment on va l’annoncer à la famille ? Comment on va t’appeler ? A qui tu vas ressembler ? Quel sera ton caractère ? De quoi avons-nous besoin pour ton arrivé ? (vite faut que je fasse une liste !) Pleins de questions se bouscule les unes après les autres, et nous sommes heureux, tellement heureux…

Arriva le lundi, bon faut que j’appelle la gynécologue à R. : je ne sais pas ce que je dois faire comme démarche ? La secrétaire me demande la date de mes dernières règles pour calculer quand programmer les échos. Mais pour moi, on ne peut pas se baser sur cela pour calculer le début de la grossesse vu que mes cycles sont plus longs que la moyenne. La secrétaire me fait patienter un instant, pour parler de moi à la gynécologue. Elle reprend le téléphone et me dis : « faut venir demain matin pour faire une échographie. La gynécologue va vérifier l’état de la grossesse et déterminer la date de conception. » Mais je travaille moi, je ne peux pas ! Pas le choix, l’échographie doit être faite le lendemain ! Je contact par message ma direction et explique que je ne pourrais pas être présente le lendemain matin au travail, que j’ai appris au dernier moment que j’avais un examen de santé à faire et que je rattraperai mes heures de travail manqué. Ton papa demande également à son chef d’avoir sa matinée en CP afin de m’accompagner.

Le mardi matin, nous voilà donc dans la salle d’attente de la gynécologue. Nous allons te voir à l’écran pour la première fois, enfin je l’espère car à ce stade, tu es toute toute petite riquiqui …
Ce 28 Novembre 2017, nous te voyons donc à l’écran pour la première fois. La gynécologue nous reçoit, je lui raconte ce qui s’est passé depuis notre dernière rencontre, un mois plus tôt. Elle a une attitude un peu froide, elle regarde les résultats de ma prise de sang et nous dit qu’elle va vérifier avec une échographie si je suis bien enceinte. Vérifier si je suis bien enceinte ? Mais pour nous, dans notre esprit, il n’y avait pas de doute vu les résultats de la prise de sang ? Est-ce possible qu’il y ai une erreur ? Je comprends qu’elle a des doutes au vue de notre dernier rdv, il paraissait improbable que je sois tombé enceinte quelques semaines après, et pourtant, tu es bien là…
Pour réussir à te voir, elle pratique une endographie et nous dit : « Ah oui, il y a bien un embryon ! » EH oui, tu es là ! Un tout petit minuscule rond… ! Elle prend différentes mesures et contrôle mes ovaires puis nous dit : « je vois un sac gestationnel, la vésicule vitelline et un embryon de 3mm. Début de grossesse intra utérine vers le 2 Novembre ». C’est une bonne nouvelle, pourtant elle reste froide avec nous, on ne comprend pas trop pourquoi. Pour conclure, elle nous dit de revenir dans 2 semaines pour contrôler que la grossesse est bien évolutive. Et là je comprends, mais que suis-je bête … nous ne sommes qu’en tout tout début de grossesse et le risque de fausse couche existe pour chaque femme !

Je comprends que je ne dois pas trop me réjouir, enfin pas trop fort…pas avant d’avoir passé le cap des 3 mois. Selon la société dans laquelle on vit, on n’annonce pas une grossesse avant les 3 mois, car avant, si on perd l'embryon cela s’appelle une fausse couche et ce n’est pas un vrai bébé… Pourtant, pour moi, tu es déjà mon bébé, notre enfant que nous attendions depuis si longtemps !
Alors, pendant les 2 semaines qui suivirent, nous faisons profil bas. Nous sommes toujours aussi heureux et nous ne pouvons cesser de penser à notre avenir à 3, mais on cache notre joie au reste du monde. Durant ce temps, les nausées font leur apparition, une grande découverte pour moi ! Je n’arrive plus à manger le matin et part au travail à jeun, car si je mange, je fini par vomir … J’ai également des douleurs au bas ventre, et ça, ça me stress plus que les nausées. J’ai peur de te perdre, peur à chaque douleur au ventre que ce soit le signe d’une fausse couche qui arrive… J’ai également quelques insomnies … Mais au final, tous ces petits désagréments font partis de la grossesse, il me rappelle chaque jour ta présence en moi, alors je m’en accommode…

Arrive le 12 Décembre, jour de l’échographie de contrôle à R.. Ton papa n’est pas présent ce jour-là, il n’a pas pu s’absenter au travail. La gynécologue me demande comment je vais et je lui parle des petits désagréments. Elle me fait à nouveau une endographie pour te voir, tu es toujours là et tu as grandi. On dirait un tout petit haricot, mais le plus beau des haricots ! Elle me dit : « Embryon de 15mm, bonne vitalité, grossesse évolutive ». Elle confirme un début de grossesse au 2 Novembre et j’en suis donc à 10SA+3. Elle a le sourire cette fois-ci, ça me met du baume au cœur, son sourire me rassure. Elle me félicite pour ma grossesse. Elle m’avoue qu’elle ne s’attendait pas à ce que ça arrive à ce moment-là au vue de notre dernier RDV mais comme quoi, la vie nous réserve de belle surprise. Elle me conseille pour le suivi de la grossesse de le faire sur L., dans la ville où nous vivons. Il n’y a pas de raison apparente que je sois suivi par elle et cela nous évitera de faire 1h de route à chaque fois.
L’échographie du premier trimestre est à programmer dans un mois, je sais que dans notre ville, si j’appelle la maternité (niveau 2) pour un rdv écho dans 1 mois, je vais me faire envoyer balader car j’appelle tard niveau délai … Alors je conviens avec elle de passer l’échographie du 1er trimestre dans son cabinet, et que je ferai les autres à L.. Elle me donne également des informations sur le suivi d’une grossesse, mais honnêtement, je suis tellement sur mon petit nuage que j’en oublie la moitié !

Quand je sors du cabinet, j’appelle ton papa aussitôt. Il attendait avec impatience mon appel. Je lui parle de toi, je lui dis que tu es toute petite, en forme de haricot et que tu as grandi. Je lui dis aussi que la gynécologue a été rassurante, beaucoup plus que la dernière fois. Pour elle, c’est bon la grossesse évolue, je dois programmer mon suivi sur L.. C’est comme recevoir le feu vert de pouvoir se réjouir de ta présence ! Je suis heureuse et je pleure, des larmes de joie et aussi de soulagement coulent. Ton papa à l’autre bout du téléphone est aux anges, il se réjouit de devenir ton papa… Nous allons avoir des difficultés à cacher notre joie pendant encore 1 mois…
Lucy, Mamange de Soizic née sans vie le 24/04/18 à 26SA+6
Le temps n'endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit - George Sand
Maman de Ysée - née le 10/03/19 - baby hope 😍

nane29
Messages : 389
Inscription : 31 mai 2018, 17:02

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par nane29 » 16 juin 2018, 08:44

Très beau texte Blu. Tu racontes tellement bien.

On a pas le même parcours pour la grossesse mais lire tes premières émotions lors de la découverte de ta grossesse me ramène à mes sentiments que j'ai éprouvé lors de la mienne... C'est déstabilisant, déroutant de ressentir toutes ses émotions, j'ai l'impression que ça fait une éternité que je n'ai pas ressenti une joie comme celle-ci mais ça fait tellement de bien de repenser à tout ça.

Merci de partager ton histoire avec nous et de nous faire revivre toute ses belles pensées de l'arrivée de bébé dans notre bidou :)
Mamange d'une petite princesse <3 Maëleen <3 Née le 20/05/2018 (23 sa+2) 🖤 Tu me manques mon bébé 🖤

Mapetiteplume2017
Messages : 1146
Inscription : 31 janvier 2018, 19:14

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par Mapetiteplume2017 » 18 juin 2018, 13:23

Ton histoire me ramène à bcp d’émotions aussi Blu, merci de nous la partager... Il m’a fallu bcp de temps aussi pour tomber enceinte, des traitements, des espoirs et des déceptions... Malgré qu’on soit finalement passés par une fiv, l’arrivée de notre bébé nous a paru comme un miracle aussi, on a eu très difficile à y croire et avons pendant longtemps craint la fausse couche... Mais nous l’aimions déjà tellement fort aussi notre petit haricot magique ❤️

Je pense que nos bébés étaient déjà des bébés espoirs en fait, la victoire après le combat, le cadeau après notre long combat... C’est tellement dur d’avoir perdu ce petit être tant attendu et tant aimé...
Comme Nane, ton récit me ramène à bcp de sentiments et sensations positifs que j’avais un peu oublié, ou plutôt mis de côtés...

Prends ton temps pour raconter la suite, c’est dur de se replonger dans tout ça, je l’ai fait aussi et ça m’a également fait bcp de bien...

Je te souhaite bcp de courage dans cette aventure du deuil périnatal ❤️
Douces pensées à nos bébés 💕
Sophie... Mamange de ma petite plume de 25 S.A, envolée le 28/12/17 suite à une IMG.
Et maman de Marius, petit arc en ciel après la pluie, né le 2 août 2019 en super forme ❤️🌈

Blu53
Messages : 348
Inscription : 24 mai 2018, 17:20

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par Blu53 » 19 juin 2018, 16:11

Merci les filles pour votre soutien.
Ecrire me fait du bien mais ca prend du temps, le temps de revivre chaque émotion au moment où on l'écrit.
Je ne me suis pas approché du forum, ni de l'écriture pendant quelques jours, une prise de recul sur ce qui nous arrive. J'ai vraiment le sentiment d'avancer, pour la première fois ce week-end depuis le départ de notre ange, nous sommes allé mangé au restaurant le vendredi soir, samedi nous sommes allé mangé chez ma soeur, avec de la famille à mon beau-frère. J'appréhendais énormément ce repas au vue des difficultés avec ma soeur en ce moment, mais ça été. Personne n'a parlé de notre fille, ni meme ne m'a demandé comment j'allais, ils ont fait comme s'il ne c'était rien passé, comme si elle n'avait pas existé... c'est un peu dur à encaisser mais en fin de compte c'était pas plus mal! Vu que de toute façon ils ne comprennent pas ce que l'on vit et que quand ils en parlent, c'est avec maladresse, bah finalement, je crois que j'ai préféré leur silence ...
Aujourd'hui, je suis retourné à la piscine pour la première fois, ça m'a fait un bien fou... Je suis passé voir mes collègues aussi, j'ai discuté un peu avec elles de ce qui c'était passé et elles m'ont racontés les ragots de boulot :D
Finalement, je commence à entrevoir l'avenir, à comprendre que la vie continue malgré tout, que je peux "vivre avec" (comme on dit!) et que ma fille vivra toujours dans mon coeur et celui de son papa.
Lucy, Mamange de Soizic née sans vie le 24/04/18 à 26SA+6
Le temps n'endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit - George Sand
Maman de Ysée - née le 10/03/19 - baby hope 😍

nane29
Messages : 389
Inscription : 31 mai 2018, 17:02

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par nane29 » 19 juin 2018, 20:33

Félicitations Blu, une étape de franchi une fois de plus mais cette fois c'est une étape encore plus importante, qui est d'accepter d'entrevoir ce nouvel avenir. Nos enfants ne sont malheureusement plus là dites "physiquement" mais dans notre coeur, nos pensées, dans l'air qui nous berce, ils sont auprès de nous.
C'est une étape importante je trouves, lorsque l'on commence à accepter d'avancer malgré tout (car malheureusement on a pas trop le choix que de continuer nous ici sur terre) et cela permet de se sentir un peu mieux. La vie nous est moins pénible à affronter. Mais ce n'est pas parce que l'on accepte que l'on oublie, loin de là. On pensera toujours à nos bébés quoi qu'il en est mais la douleur sera plus apaisé...
Je suis très contente pour toi que tu es réussi a refaire des choses pour toi et que ton repas de famille se soit bien passé.

Prends ton temps pour l'écriture, il faut que celle-ci continue de t'apporter ce bien être et non qu'elle te ramène dans la douleur :)
C'est normal, de se soutenir dans ces moments là...

Grosses pensées à nos petits anges <3.
Mamange d'une petite princesse <3 Maëleen <3 Née le 20/05/2018 (23 sa+2) 🖤 Tu me manques mon bébé 🖤

Blu53
Messages : 348
Inscription : 24 mai 2018, 17:20

Re: Soizic, ma fille, notre histoire

Message par Blu53 » 21 juin 2018, 17:23

Bonjour
Oh oui, j'ai vraiment la sensation d'en passer pas mal d'étape en ce moment, ca fait bizzarre et du bien en meme temps.
Mais il y a toujours parfois des petits moments de moins bien qui s'invitent ... ce matin en était hein par exemple.
Ce sont les montagnes russes émotionnelles ...
Lucy, Mamange de Soizic née sans vie le 24/04/18 à 26SA+6
Le temps n'endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit - George Sand
Maman de Ysée - née le 10/03/19 - baby hope 😍

Répondre