Les résultats... et après ...

Chloe20
Messages : 38
Inscription : 26 janvier 2019, 15:13

Les résultats... et après ...

Message par Chloe20 »

Bonsoir à tous et toutes,
Voila le fameux retour dans cette maternité pour l'annonce des résultats a eu lieu. J'ai énormément appréhendé ce moment ....
A peine arrivée, ma musique dans mes oreilles une femme enceinte me dit dans l'ascenseur "nous devons certainement aller au même étage..." je lui ai souris et lui ai dit oui. C'était tellement difficile ....
Mon conjoint n'a pas pu m'accompagner, et je m'étais fait la promesse de ne pas pleurer, pour elle, pour Manon, pour lui montrer une maman forte ... idiot comme promesse.
Nos caryotypes sont négatifs nous ne sommes pas population à risque pour la t21, oui enfin ça c'est la version officielle sauf que cela ne me rassure en rien. Si je réfléchis bien ... je ne comprend rien, .... on est pas à risque mais pourtant cela vient bien de nous arriver. Je n'ai aucune confiance en l'avenir, je me dis que tout peut se repasser encore une fois et que je ne serai jamais assez forte pour le surmonter.
Pendant ce rendez-vous j'ai appris que mon ange était toujours à la maternité dans l'attente de son incinération cela fait pourtant 1 mois et demi. Résultat en repartant j'ai eu la sensation de l'abandonner à nouveau dans cet endroit si moche et sans humanité.... j'ai éclaté en sanglots à peine la porte franchie. J'ai tenu ma promesse pour elle je n'ai pas pleuré à l'intérieur du batiment. Mais au fond de moi je pleure depuis le 5 fevrier, j'ai parfois l'impression que cette peine, ce vide, ce trou béant sera tjrs aussi intense, et horrible à porter.
Je voudrais voir le futur moins sombre mais je vois bien dans les témoignages que les récidives de t21 arrivent et cela me fait peur ....
Comment faite vous pour vivre ou même seuleument envisager vos futures grossesses ?
pimoussine
Messages : 43
Inscription : 04 mars 2019, 10:53

Re: Les résultats... et après ...

Message par pimoussine »

Bonjour Chloe20,
en lisant ton message, je lis exactement ce qui me parcourt en ce moment...Pour moi, c'est la trisomie 18 et nous n'avons pas encore les résultats de nos caryotypes. L'img a eu lieu le 1er mars, à 29 SA, j'ai perdu mon bébé unique, le 1er, Malhone...et je ne vis plus.
Mais exactement comme toi, je crains terriblement la récidive. Et puis, tous les autres soucis qui peuvent arriver dans une grossesse et ce jusqu'au bout....Ma psy, de l'antenne de périnatalité, me projette beaucoup dans une nouvelle grossesse et me dit que dans toute son parcours pro, elle n'a jamais eu de récidive. Ok, mais alors, tout ce que je lis ici c'est quoi? Parce qu'en effet, des mamans qui cumulent les fausses couches, maladies et autres problèmes inexpliqués, il y en a beaucoup au final...

Et moi, nous, on a peur....Je ne sais déjà pas comment survivre à cette souffrance. Depuis quelques jours, je pleurais juste de temps en temps, même si je ne suis toujours pas sortie de ma caverne et que je n'ai toujours vu aucun de mes amis depuis l'annonce de la maladie le 1er février. Mais hier, de nouveau j'ai craqué, terriblement. Et cette souffrance me fait peur. Je ne pourrai pas la supporter. J'ai compris que c'était toute ma vie que j'aurai ce manque, cette souffrance. C'est pas que quelques jours...Mon bébé ne sera jamais là et il me manquera toute ma vie. A quoi bon alors? je souffre, j'ai mal, je ne vois plus de beau dans tout ça, je ne supporte plus de voir les autres heureux, insouciants alors que moi je ne suis que douleur...Comme toi, Chloe20, je voudrai être de nouveau heureuse, avoir des projets, profiter de mon amoureux, de mes amis, de ma famille mais tout me fait peur dans cet avenir et tout est toujours si intense et douloureux...Comment on fait pour que ça passe? Comment on fait pour recroire en l'avenir, avoir de nouveau confiance...?
marie1
Messages : 83
Inscription : 08 novembre 2018, 11:03

Re: Les résultats... et après ...

Message par marie1 »

La première fois la décision de faire une IMG a été une décision atroce. J'en parle encore en pleurant en fait j'évite d'en parler . Et ce vide immense que rien ne peut combler je connais. J'ai du côtoyer jusqu'à quelques jours une femme enceinte du même terme que moi et j'évitais de lui parler surtout de sa grossesse. Un jour j'ai dit: bonjour ça va. Elle m'a dit qu'elle était fatiguée la grossesse... . J'ai juste pu répondre " ah" et je me suis sauvée pour éviter le sujet. Oui c'est super dur.
J'ai vu un petit reportage sur l'IMG et la psy disait que même grand mère ces femmes qui avaient perdu un enfant n'oublient jamais. J'ai alors compris que ça ne servait à rien d'essayer de se dire que je finirai par ne plus y penser mais qu'il allait falloir faire mon deuil et vivre avec.
Pour ce qui est des cas de récidive faites attention,il y a des personnes qui ont des problèmes génétiques susceptibles de se reproduire. Mon cas n'est pas une référence non plus. Des le début j'ai senti que mon corps essayait de rejeter cette grossesse, j'ai eu de grosses contractions au debut, des douleurs abdominales pendant plus d'un jour et quelques semaines après quelques saignements mais les gynéco n'ont rien vu de concret à l'écho. Je prends un traitement ******, la gynéco me dit que non, mais j'ai l'impression que cela a contribué à empêcher cette fausse couche.

Il faut retenir le fait que la récidive est rare. Et Chloé je ne connais pas ton âge mais si tu as moins de 38 ans les risques, sauf souci de caryotype sont très très faibles pour ne pas dire inexistants.

Se projeter dans une nouvelle grossesse c'est vrai permet sans oublier de passer un peu à autre chose.
J'ai pleuré devant la gynéco alors que je croyais être forte. Mais je me mets des coups de pied aux fesses en me disant "tu savais qu'il y avait un risque tu as accepté de le prendre maintenant assume."
Le pire je me dis c'est d'avoir des regrets de ne pas avoir tenter ce projet bébé.
Après je culpabilise énormément que mon corps ne fasse que des enfants malades, j'ai face à des personnes étrangères une sorte de honte que je n'arrive pas à m'enlever.
Peut être des paroles blessantes précédemment entendues. La mère d'une amie un peu plus âgée que moi lui avait sorti cette horreur : " tu veux un enfant, à ton âge tu n'auras qu'un handicapé!". Finalement cette phrase s'est révélée vraie pour moi. Ce qui accroît la culpabilité.
Je ne parle plus de ce second échec à une amie qui est célibataire et sans enfant parce que je sais qu'elle même souffre de ce célibat mais aussi parce qu'elle m'a conseillé des ma première fausse couche l'adoption. Et c'est peut-être monstrueux de ma part mais j'avais envie d'abord d'un petit frère ou sœur qui ressemble un peu à ma fille.

Après j'ai déjà une petite fille adorable, mon petit bébé d'amour, je n'aurai pas eu d'enfant j'aurais peut être déjà évoqué le don d'ovocytes avec le gynéco pour anticiper au cas où. Elle m'aide à tenir.
Je m'étais imaginée son visage son sourire à la maternité lors de ELA rencontre d'un petit frère ou petite sœur. Et je dois me dire que cela ne restera certainement qu'un rêve.

Après enchaîner 3 trimestres de grossesse d'affilée , faire semblant au boulot et devant la famille que tout va bien je dois avouer que je suis épuisée physiquement et psychologiquement. Il va falloir que j'entame un sérieux régime car j'ai super faim a chaque fois que je tombe enceinte et il ne me reste plus que les kilos à la fin !

(Message modéré par l'équipe de modération - Notre charte n'autorise pas le nom de médicaments sur le forum)
Chris77
Messages : 59
Inscription : 03 février 2019, 20:40

Re: Les résultats... et après ...

Message par Chris77 »

Chloe20 a écrit : 24 mars 2019, 01:27 Bonsoir à tous et toutes,
Voila le fameux retour dans cette maternité pour l'annonce des résultats a eu lieu. J'ai énormément appréhendé ce moment ....
A peine arrivée, ma musique dans mes oreilles une femme enceinte me dit dans l'ascenseur "nous devons certainement aller au même étage..." je lui ai souris et lui ai dit oui. C'était tellement difficile ....
Mon conjoint n'a pas pu m'accompagner, et je m'étais fait la promesse de ne pas pleurer, pour elle, pour Manon, pour lui montrer une maman forte ... idiot comme promesse.
Nos caryotypes sont négatifs nous ne sommes pas population à risque pour la t21, oui enfin ça c'est la version officielle sauf que cela ne me rassure en rien. Si je réfléchis bien ... je ne comprend rien, .... on est pas à risque mais pourtant cela vient bien de nous arriver. Je n'ai aucune confiance en l'avenir, je me dis que tout peut se repasser encore une fois et que je ne serai jamais assez forte pour le surmonter.
Pendant ce rendez-vous j'ai appris que mon ange était toujours à la maternité dans l'attente de son incinération cela fait pourtant 1 mois et demi. Résultat en repartant j'ai eu la sensation de l'abandonner à nouveau dans cet endroit si moche et sans humanité.... j'ai éclaté en sanglots à peine la porte franchie. J'ai tenu ma promesse pour elle je n'ai pas pleuré à l'intérieur du batiment. Mais au fond de moi je pleure depuis le 5 fevrier, j'ai parfois l'impression que cette peine, ce vide, ce trou béant sera tjrs aussi intense, et horrible à porter.
Je voudrais voir le futur moins sombre mais je vois bien dans les témoignages que les récidives de t21 arrivent et cela me fait peur ....
Comment faite vous pour vivre ou même seuleument envisager vos futures grossesses ?
Le fameux retour à la maternité : encore un épisode douloureux à subir alors qu’on espère passer à autre chose pour commencer à remonter la pente. Pour moi aussi le caryotype était négatif et pourtant T18 pour mon petit Gabriel. J’ai discuté avec ma gynéco, la généticienne et une amie proche qui est dans le métier et tout le monde a eu le même discours : même lorsque ce n’est pas une pathologie héréditaire malheureusement il y a des risques. Ils sont infimes mais ils existent. Donc toute personne sans problème peut avoir à tout âge un enfant atteint de trisomie mais ces risques sont tellement infimes que généralement ça n’arrive qu’une fois. Alors oui c’est une fois de trop évidemment mais c’est la faute à « pas de chance » : lors de la fusion des gamètes l’un des deux apportent 2 gènes sans que l’on sache pourquoi c’est comme ça. C’est donc pour ça qu’aujourd’hui en France nous sommes obligés de faire la prise de sang des marqueurs sériques car ça peut arriver à vraiment n’importe qui. Pour moi qui avait enfin un bébé sans fausse couche après 8 ans d’infertilité c’était l’horreur d’apprendre la maladie de mon fils et j’étais très abattue pour la suite mais à présent j’essaie de rester positive en me disant que j’ai la chance de ne pas avoir de pathologie génétique donc la prochaine fois sera la bonne. Moi aussi la généticienne me dit de recommencer sans me stresser car elle n’a jamais eu de récidive. Je me raccroche à ce disours du mieux que je peux aujourd’hui car je dois recommencer rapidement vu que j’ai déjà 41 ans
Chris77
Messages : 59
Inscription : 03 février 2019, 20:40

Re: Les résultats... et après ...

Message par Chris77 »

marie1 a écrit : 24 mars 2019, 11:36 La première fois la décision de faire une IMG a été une décision atroce. J'en parle encore en pleurant en fait j'évite d'en parler . Et ce vide immense que rien ne peut combler je connais. J'ai du côtoyer jusqu'à quelques jours une femme enceinte du même terme que moi et j'évitais de lui parler surtout de sa grossesse. Un jour j'ai dit: bonjour ça va. Elle m'a dit qu'elle était fatiguée la grossesse... . J'ai juste pu répondre " ah" et je me suis sauvée pour éviter le sujet. Oui c'est super dur.
J'ai vu un petit reportage sur l'IMG et la psy disait que même grand mère ces femmes qui avaient perdu un enfant n'oublient jamais. J'ai alors compris que ça ne servait à rien d'essayer de se dire que je finirai par ne plus y penser mais qu'il allait falloir faire mon deuil et vivre avec.
Pour ce qui est des cas de récidive faites attention,il y a des personnes qui ont des problèmes génétiques susceptibles de se reproduire. Mon cas n'est pas une référence non plus. Des le début j'ai senti que mon corps essayait de rejeter cette grossesse, j'ai eu de grosses contractions au debut, des douleurs abdominales pendant plus d'un jour et quelques semaines après quelques saignements mais les gynéco n'ont rien vu de concret à l'écho. Je prends un traitement ****** la gynéco me dit que non, mais j'ai l'impression que cela a contribué à empêcher cette fausse couche.

Il faut retenir le fait que la récidive est rare. Et Chloé je ne connais pas ton âge mais si tu as moins de 38 ans les risques, sauf souci de caryotype sont très très faibles pour ne pas dire inexistants.

Se projeter dans une nouvelle grossesse c'est vrai permet sans oublier de passer un peu à autre chose.
J'ai pleuré devant la gynéco alors que je croyais être forte. Mais je me mets des coups de pied aux fesses en me disant "tu savais qu'il y avait un risque tu as accepté de le prendre maintenant assume."
Le pire je me dis c'est d'avoir des regrets de ne pas avoir tenter ce projet bébé.
Après je culpabilise énormément que mon corps ne fasse que des enfants malades, j'ai face à des personnes étrangères une sorte de honte que je n'arrive pas à m'enlever.
Peut être des paroles blessantes précédemment entendues. La mère d'une amie un peu plus âgée que moi lui avait sorti cette horreur : " tu veux un enfant, à ton âge tu n'auras qu'un handicapé!". Finalement cette phrase s'est révélée vraie pour moi. Ce qui accroît la culpabilité.
Je ne parle plus de ce second échec à une amie qui est célibataire et sans enfant parce que je sais qu'elle même souffre de ce célibat mais aussi parce qu'elle m'a conseillé des ma première fausse couche l'adoption. Et c'est peut-être monstrueux de ma part mais j'avais envie d'abord d'un petit frère ou sœur qui ressemble un peu à ma fille.

Après j'ai déjà une petite fille adorable, mon petit bébé d'amour, je n'aurai pas eu d'enfant j'aurais peut être déjà évoqué le don d'ovocytes avec le gynéco pour anticiper au cas où. Elle m'aide à tenir.
Je m'étais imaginée son visage son sourire à la maternité lors de ELA rencontre d'un petit frère ou petite sœur. Et je dois me dire que cela ne restera certainement qu'un rêve.

Après enchaîner 3 trimestres de grossesse d'affilée , faire semblant au boulot et devant la famille que tout va bien je dois avouer que je suis épuisée physiquement et psychologiquement. Il va falloir que j'entame un sérieux régime car j'ai super faim a chaque fois que je tombe enceinte et il ne me reste plus que les kilos à la fin !
Je pense qu’effectivement nous n’oublierons jamais : nous aimons cet enfant comme une mère aime son enfant donc ce n’est pas près de s’éteindre. Il faut plutôt apprendre à vivre avec pour que ça fasse le moins mal possible mais jamais au grand jamais on ne va oublier notre enfant. Et je me dis pour positiver que nous avons au moins la chance de pouvoir en parler, avoir accès aux psys ou autres praticiens pour nous aider. Nos grands-mères n’avaient pas notre chance pour aller un peu mieux et devaient garder cette douleur énorme toutes leurs vies. J’espère pouvoir alléger petit à petit ma valise au fil du temps tout en sachant qu’il faudra la porter toute ma vie.
J’ai 41 ans et évidemment lorsque j’ai fait la DPNI pour savoir si mon enfant était atteint de trisomie j’ai voulu que l’on soit honnête avec moi : est ce que mon « grand âge » était un facteur de risque majeur. La généticienne a souri et m’a dit qu’en 2019 avoir 40 ans ne provoquait pas de grossesse à risque, c’était il y a 30 ans que c’était le cas. De nos jours ils considèrent comme grossesse à risque les femmes de plus de 45 ans ou ayant une santé fragile ou ayant une pathologie héréditaire. J’ai posé la même question à ma gynéco de PMA qui me connaît depuis 8 ans et elle m’a tenu le même discours tout en étant plus virulente. Elle m’a dit qu’il fallait que l’on arrête de se faire monter la tête par toutes ces personnes bien pensante qui croient tout savoir sans être dans le métier et que non avoir un bébé à 40 ans en 2019 ne donne pas forcément un bébé handicapé !! De nos jours nous sommes nombreuses à avoir un enfant à cet âge là et elle n’a pas plus de pathologie pour cette tranche d’âge que pour les plus jeunes. Ma tante a eu ma cousine à 40 ans il y a 30 ans et dès le départ elle était surveillée de très près alors que moi pas plus que ça car tout allait bien. C’est surtout plus compliqué de faire un enfant car la réserve ovarienne est moindre c’est tout. Donc ne te sent pas coupable d’avoir voulu un enfant à ton âge car au final je crois que la majeure partie des femmes sur ce forum sont encore bien jeunes et pourtant elles ont connu le même drame que nous. Personnellement j’ai eu 4 femmes de mon entourage qui ont eu des enfants à plus de 42 ans et tous étaient en pleine forme : pas un seul nuage pendant la grossesse à part un peu de diabète gestationnel qui là par contre était lié à leur âge.
Lorsqu’une personne ose me juger ( une grande spécialité française ) en me disant : mais pourquoi vouloir un bébé à ton âge alors que c’est dangereux ? J’avoue je deviens un peu mauvaise en lui demandant de fermer sa grande bouche car elle ne sait pas que je souffre depuis 8 ans car oui j’ai voulu avoir un bébé à partir de 32 ans et 8 ans je n’y arrive toujours pas. Je termine toujours en disant que lorsque l’on ne sait pas on ferme sa bouche : généralement j’avoue la tête de la personne me fait toujours sourire. C’est dingue de se dire qu’à aucun moment ces personnes n’arrivent pas à se dire que peut être qu’il y a des drames derrière cette absence d’enfant !! Et lorsqu’en plus ils se permettent de juger ça me rend dingue !! Et je ne parle pas des personnes qui te parlent d’adoption sans chercher à comprendre pourquoi c’est plus fort que toi ce désir d’enfant !! Ben oui je n’ai pas été diagnostiqué comme stérile donc j’ai le droit d’avoir envie de tenter ma chance non ? C’est légitime ce droit d’avoir envie de porter cet enfant, de le sentir grandir en moi tout en tissant ce lien si particulier !! Mon bébé était tout petit à la naissance mais j’étais heureuse de voir à quel point il me ressemblait : j’ai le droit d’avoir envie de ressentir ce sentiment de fierté !! De toute façon tout comme toi je sais que j’ai besoin d’aller jusqu’au bout pour ne pas avoir de regret ensuite : je pense que le remord sera plus difficile à vivre finalement. Donc moi aussi je serre les dents du mieux que je peux à chaque mauvaise nouvelle et Dieu sait qu’elles ont été nombreuses en 8 ans. Ne laisse personne t’enlever ton rêve : si tu veux recommencer fait le … Et si jamais tu n’y arrives plus dis toi que tu auras tout fait pour l’atteindre ce rêve.


(Message modéré par l'équipe de modération - Notre charte n'autorise pas le nom de médicaments sur le forum)
mariposa42
Messages : 53
Inscription : 05 juin 2018, 11:52

Re: Les résultats... et après ...

Message par mariposa42 »

Bonsoir Chloé,

Voilà bientôt 7 mois que j'ai eu ces fameux "résultats" ou plutôt doutes supplémentaires devrions-nous dire majoritairement. De mon cas, pas d'explications concernant les malformations de notre bébé, les médecins n'ont jamais vu un cas comme le nôtre. On nous dit que c'est la malchance mais que tout de même nous avons plus de risques que les autres...
Aujourd'hui je n'ai plus aucune confiance dans la vie et surtout aucune envie de m'en remettre encore une fois au hasard et pourtant l'idée d'un autre enfant chemine parfois dans ma tête.
Tout de suite après mon IMG je ne voulais plus entendre parler de maternité, il y a encore quelques temps j'envisageais ma vie définitivement sans enfant et aujourd'hui je me dis pourquoi pas l'adoption. Alors qui sait, peut-être que demain je me sentirai capable de braver les doutes et de re tenter une grossesse.
Tout ça pour te dire que le temps fait son œuvre, il faut le laisser agir. Pour certaines le ciel se dégage plus vite que pour d'autres même si nous n'oublierons jamais.

Amandine
marie1
Messages : 83
Inscription : 08 novembre 2018, 11:03

Re: Les résultats... et après ...

Message par marie1 »

Merci beaucoup chris pour ton message plein de bienveillance et pour ton partage. Je te souhaite de tout cœur d'accéder à ton rêve, tu le mérites vraiment.
Laurasacha
Messages : 14
Inscription : 29 février 2016, 23:55

Re: Les résultats... et après ...

Message par Laurasacha »

Bonsoir Chloé , tu me fais me replonger dans tout ça pourtant c’était il y a 4 ans et je n’ai rien oublier ... ma grossesse suivante j’y ai cru de tte mes forces j’ai réussi j’étais si fière de moi , ton psy a raison de te pousser mais il faut que toi tu soit prête et que ton corps aussi . Si tu as d’autres questions n’hésite pas 😘
Mamanange de sacha parti le 21 juillet 2015 à 30 sa pour t21🌷
Maman de lou née le 11/01/2017 🌹
Mamanange d’une petite fille parti le 18 octobre 2018 à 16sa pour t21🌸
Répondre